12172017Headline:

LOSC : Le mercato contrasté d’Hervé Renard sur le banc de Lille

renard
Si l’arrivée d’Hervé Renard sur le banc de Lille s’est traduit par un afflux net de joueurs africains pendant le mercato, le technicien français n’a néanmoins pas pu obtenir tous les joueurs qu’il désirait, notamment Jordan Ayew. Conséquence : la plupart de ses recrues sont de simples remplaçants.

- De nombreuses arrivées

Avec la prise de fonctions d’Hervé Renard, le mercato du LOSC a, comme prévu, pris des couleurs très africaines. Avec Junior Tallo (Ivoirien), Mounir Obbadi (Marocain), Stoppila Sunzu (Zambien) et Yaw Yeboah (Ghanéen), ils sont pas moins de quatre à avoir grossi les rangs des Dogues sans compter Ibrahim Amadou, ex-international U19 français né à Douala (Cameroun), et le Franco-Algérien Yassine Benzia. Après avoir mis à l’essai l’espoir zambien Paston Daka, l’ancien sélectionneur de la Côte d’Ivoire et de la Zambie est parvenu à obtenir le prêt de Loua D’Avila Ba (19 ans, Asec Mimosas), également testé cet été, qui intégrera la réserve dans un premier temps.

Hervé Renard est cependant resté impuissant face aux départs des deux pépites africaines du LOSC, Idrissa Gueye et Adama Traoré. Conscient que la progression du milieu sénégalais passait par un départ à l’étranger, il ne s’est pas opposé à son transfert à Aston Villa. “Il souhaite un nouveau challenge. On respecte sa volonté. A 25-26 ans, c’est le bon moment pour lui“, a-t-il admis. Le technicien français s’est en revanche montré plus amer concernant le départ du jeune Malien (20 ans) à l’AS Monaco, mais s’est résolu à le perdre non sans lâcher au passage : “Que vouliez-vous que je lui dise ? On lui a parlé d’objectifs financiers et, face à ça, ma parole avait peu de poids.

Le départ d’Abdoulaye Diaby au FC Bruges était entériné avant la nomination de Renard qui a également consenti à se séparer de Ryan Mendes, souvent blessé, dans les dernières minutes du mercato.

- Des priorités avortées et des plans B mis au banc

Hervé Renard ne s’en est jamais caché, sa priorité pour renforcer l’attaque du LOSC était Jordan Ayew. Après avoir rappelé qu’il n’est pas du genre à “lâcher le morceau“, l’ancien entraîneur du FC Sochaux, où il a eu le Ghanéen sous ses ordres, a dû s’y résoudre : le LOSC n’était pas de taille à lutter financièrement contre Aston Villa et son insatiable appétit pour les joueurs de Ligue 1.

Giovanni Sio ayant préféré le challenge rennais et Yannick Sagbo niant avoir été contacté, Renard a finalement jeté son dévolu sur Junior Tallo qu’il a dirigé en sélection ivoirienne. Visiblement une solution de repli puisque l’ancien Bastiais n’a disputé que 55 minutes avec les Dogues et n’est plus apparu sur un terrain depuis la 2e journée. Devancé par Baptiste Guillaume voire Sehrou Guirassy dans la hiérarchie des attaquants nordistes, il vient en plus de voir Yassine Benzia signer dans les dernières heures du mercato.

Dans un autre genre, l’annulation du transfert de Wilfried Kanon, pour cause de blessure au genou décelée lors de la visite médicale, peut ressembler à un couac. En réalité, elle a pourtant permis à Hervé Renard de se recentrer sur son choix numéro un, Stopilla Sunzu, qui n’avait initialement pas les faveurs des dirigeants nordistes. Reste que le Zambien, avec qui il a remporté la CAN 2012, est un peu juste physiquement et devra s’employer pour bousculer la hiérarchie et la charnière Basa-Civelli.

- Un LOSC moins africain qu’il n’y paraît

Exceptés Vincent Enyeama et Sofiane Boufal, qui étaient déjà présents au club avant l’arrivée de Renard, seul Mounir Obbadi s’impose dans le onze-type nordiste. On est donc loin du LOSC version africaine redouté par certains lors de l’arrivée du technicien français, le nombre de titulaires africains restant stable par rapport à la saison passée (3). La faute aussi, il est vrai, à des départs de cadres dont Hervé Renard se serait bien passé.

- Des départs importants

Hervé Renard est cependant resté impuissant face aux départs des deux pépites africaines du LOSC, Idrissa Gueye et Adama Traoré. Conscient que la progression du milieu sénégalais passait par un départ à l’étranger, il ne s’est pas opposé à son transfert à Aston Villa. “Il souhaite un nouveau challenge. On respecte sa volonté. A 25-26 ans, c’est le bon moment pour lui“, a-t-il admis. Le technicien français s’est en revanche montré plus amer concernant le départ du jeune Malien (20 ans) à l’AS Monaco, mais s’est résolu à le perdre non sans lâcher au passage : “Que vouliez-vous que je lui dise ? On lui a parlé d’objectifs financiers et, face à ça, ma parole avait peu de poids.

Le départ d’Abdoulaye Diaby au FC Bruges était entériné avant la nomination de Renard qui a également consenti à se séparer de Ryan Mendes, souvent blessé, dans les dernières minutes du mercato.

- Des priorités avortées et des plans B mis au banc

Hervé Renard ne s’en est jamais caché, sa priorité pour renforcer l’attaque du LOSC était Jordan Ayew. Après avoir rappelé qu’il n’est pas du genre à “lâcher le morceau“, l’ancien entraîneur du FC Sochaux, où il a eu le Ghanéen sous ses ordres, a dû s’y résoudre : le LOSC n’était pas de taille à lutter financièrement contre Aston Villa et son insatiable appétit pour les joueurs de Ligue 1.

Giovanni Sio ayant préféré le challenge rennais et Yannick Sagbo niant avoir été contacté, Renard a finalement jeté son dévolu sur Junior Tallo qu’il a dirigé en sélection ivoirienne. Visiblement une solution de repli puisque l’ancien Bastiais n’a disputé que 55 minutes avec les Dogues et n’est plus apparu sur un terrain depuis la 2e journée. Devancé par Baptiste Guillaume voire Sehrou Guirassy dans la hiérarchie des attaquants nordistes, il vient en plus de voir Yassine Benzia signer dans les dernières heures du mercato.

Dans un autre genre, l’annulation du transfert de Wilfried Kanon, pour cause de blessure au genou décelée lors de la visite médicale, peut ressembler à un couac. En réalité, elle a pourtant permis à Hervé Renard de se recentrer sur son choix numéro un, Stopilla Sunzu, qui n’avait initialement pas les faveurs des dirigeants nordistes. Reste que le Zambien, avec qui il a remporté la CAN 2012, est un peu juste physiquement et devra s’employer pour bousculer la hiérarchie et la charnière Basa-Civelli.

 

Afrik-Foot

 

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment