06062020Headline:

Présidence FIF: « Drogba incarne le changement, Sory ou Diallo, la continuité dans l’échec », Doumbia Major

« Dans ce pays, les gens sont tellement malhonnêtes et corrompus dans l’âme qu’ils font passer leurs intérêts égocentriques avant la notoriété et les intérêts du pays. Sinon aucun président de club ou ancien joueur ne peut laisser Drogba de côté pour choisir un certain Sory ou Diallo, des illustres inconnus qui n’ont jamais rien apporté au football ivoirien.
La seule élection de Drogba en elle-même est un symbole d’unité nationale et démontre que dans notre pays, on peut s’appeler Koudou, Konan ou Esmel et être choisi par des Doumbia des koffi ou des Oulai pour nous diriger, sans gêne et sans complexe, car c’est la valeur qui compte et non l’appartenance ethnique.

Si aujourd’hui on dit que Drogba est élu président de la FIF, toute la Côte d’Ivoire multiethnique va sortir pour saluer cet événement, mais si c’est un certain Sory ou Diallo, ce sera un non événement. Comme le disent les ivoiriens, ce sera comme l’enterrement d’un fœtus avorton qui n’est pas arrivé à terme.

Pour finir , qui connait un certain Sory ou Diallo à l’international, ils ont quel carnet d’adresses ?
Moi-même qui suis à Abidjan et qui ne suis pas trop fouteux, je ne sais pas qui ils sont à plus forte raison mon fils qui vit à Paris, mais qui connait Drogba.

Drogba est donc non seulement un ambassadeur de l’image du pays et sa direction du foot ivoirien peut avoir un impact sur le rayonnement international de notre pays ».

IVOIRIENS D’ABORD (OFFICIEL)

Comments

comments

What Next?

Recent Articles