09282022Headline:

UEFA : Karim Benzema sacré joueur de l’année, une première pour le Français

L’attaquant du Real Madrid Karim Benzema s’est vu remettre le prix du meilleur joueur de l’UEFA, jeudi, à Istanbul, lors du tirage au sort de la phase de groupes de la Ligue des Champions. C’est la première fois que Karim Benzema, 34 ans, reçoit une telle récompense.

Favori du Ballon d’Or qui sera remis le 17 octobre, l’attaquant français Karim Benzema a vu sa saison folle saluée par le titre de meilleur joueur UEFA de l’année, jeudi 25 août, à Istanbul, une distinction qu’il reçoit pour la première fois.

À 34 ans, le N°9 du Real Madrid a été préféré à son partenaire Thibaut Courtois et au Belge de Manchester City Kevin de Bruyne, surpassés par l’attaquant madrilène. Karim Benzema a été vainqueur du Championnat d’Espagne et de la Ligue des champions avec le Real et de la Ligue des nations avec l’équipe de France.

Avec 44 buts en 46 matches en club, l’avant-centre français a porté le Real Madrid vers son 35e sacre en championnat, et il a été l’un des héros de la “Maison blanche” lors des épiques retournements de situation successifs qui ont mené le Real vers sa 14couronne en C1.

Et si cela ne suffisait pas, l’international français (97 sélections, 37 buts) a aussi soulevé un titre avec les Bleus, la modeste Ligue des nations, en octobre. Son premier trophée international, quelques mois après son retour en sélection après l’affaire de la “sextape” qui a écorné son image auprès du grand public dans la deuxième moitié des années 2010.

Une image écornée par le scandale de la “sex tape”

Le footballeur a décidé en juin de renoncer à faire appel dans le procès qui l’oppose à Matthieu Valbuena, entérinant sa condamnation à un an de prison avec sursis pour “complicité de tentative de chantage”. Pour tourner définitivement cette page extrasportive ayant marqué plus de cinq ans de sa carrière.

Un talent hors normes mais une image longtemps traînée de mauvais garçon : c’est toute l’ambivalence de l’ancien joueur de l’Olympique lyonnais.

Malgré une technique léchée, un style de jeu altruiste et une armoire à trophées exceptionnelle, Benzema a longtemps peiné à se défaire d’une image de tête brûlée, coincée entre sa collection de bolides, ses vêtements de luxe et ses fréquentations.

Sa fidélité à son ami d’enfance Karim Zenati lui vaut d’ailleurs ses ennuis dans l’affaire de la “sextape”.

En octobre 2015, sa garde à vue fait l’effet d’une bombe. Il sera écarté des Bleus pendant plus de cinq ans, déchaînant les passions en France, tiraillé entre l’amour de ses supporters et la haine que lui voue une partie de l’échiquier politique, notamment à l’extrême droite.

Ses déclarations à l’endroit de Didier Deschamps, qui aurait selon lui “cédé sous la pression d’une partie raciste de la France”, hanteront longtemps le sélectionneur… Jusqu’au mois de mai 2021, lorsque Deschamps décide, à la surprise générale, de rappeler son buteur pour l’Euro.

Depuis, Benzema semble épanoui, que ce soit sur le terrain comme auprès du public, à qui il envoie sourires et pouces levés. Et cela coïncide avec l’apogée de sa carrière en club : depuis le départ de Cristiano Ronaldo pour la Juventus Turin, puis Manchester United, le “Nueve” a pris les rênes de l’équipe madrilène, s’adjugeant même définitivement le brassard de capitaine ces dernières semaines, avec deux titres de meilleur joueur de Liga au passage, en 2020 et 2022.

Vers le Ballon d’Or ?

“Pour moi, c’est le meilleur” avant-centre français de l’histoire, jugeait la saison dernière son ex-entraîneur Zinédine Zidane.

Les chiffres parlent pour lui : avec 325 buts sous le maillot blanc, Benzema occupe seul la deuxième place des attaquants les plus prolifiques du Real, derrière CR7 et devant Raul, deux légendes du club.

Ses dix buts inscrits en phase à élimination directe de la Ligue des champions au printemps, dans un contexte souvent renversant contre le Paris SG, Chelsea puis Manchester City, figureront parmi les grands moments de sa saison étoilée.

Le 17 octobre prochain, Karim Benzema pourrait devenir à Paris le premier Ballon d’Or français depuis son “grand frère” Zidane, lauréat en 1998.

Après avoir réussi à se racheter une image auprès du grand public, “KB9” a à présent dans son viseur la prochaine Coupe du monde cet hiver au Qatar. Une compétition qu’il avait ratée en 2018, lors du sacre des Bleus en Russie, et une ligne qui manque à son palmarès d’exception.

Comments

comments

What Next?

Recent Articles