03282017Headline:

A 13 ans, Une petite fille Africaine aura son doctorat en maths

 

Esther-Okade_3208905b

A 10 ans, Esther Okade est déjà inscrite en licence à l’Université.

Par Sandro CAPO CHICHI / nofi.fr

D’origine nigériane, la jeune Britannique Esther Okade s’est inscrite en janvier dernier à l’Open University, une université par correspondance basée en Angleterre. Avant cette étape, le parcours de la jeune fille n’avait déjà pas été ‘comme les autres’. Amenée à l’école entre trois et quatre ans par ses parents, la jeune fille avait refusé d’y retourner; non parce qu’elle ne comprenait pas ce qu’on n’y faisait, mais parce qu’on ne la laissait pas y parler. A quatre ans, elle maîtrisait déjà les équations du second degré. Dès ses sept ans, elle voulait intégrer l’université, mais ce n’est donc que cette année que ses parents l’ont autorisée à s’y inscrire. Une décision qui n’est certainement pas hâtive puisque la talentueuse jeune fille a obtenu un C à six ans, puis un A à sept ans à l’examen d’entrée au lycée. Toujours en avance sur son âge, c’est l’année dernière que la jeune fille a passé un examen de certification en mathématiques permettant généralement à des étudiants de vingt ans de commencer leur cursus de mathématiques à l’Université, y obtenant la remarquable note de B. Lors de ses premiers mois à l’université, elle obtenait déjà d’excellents résultats et était première de sa promotion. Une performance qui semble la conforter dans sa vision de son avenir: dès ses treize ans, elle veut obtenir son doctorat en mathématiques financières et pense déjà à ouvrir une banque. Mais sa trajectoire exceptionnelle, Esther espère la conçoit aussi comme un moyen de transmettre aux autres enfants sa passion et son aisance dans le domaine des mathématiques. Elle est en effet en train de rédiger une série de manuels pédagogiques de mathématiques « Yummy Yummy Algebra. » (« Miam miam l’algèbre »).

« Ca commence à un niveau de débutants-le volume un. Ensuite, il y a le volume deux et le volume trois puis, le volume quatre » explique la jeune étudiante.

« Tant que vous pouvez ajouter ou soustraire, vous pourrez le faire. Je veux montrer aux autres enfants qu’ils ont quelque chose de grand en eux ».

150309085643-esther-okade-exlarge-169

Comments

comments

What Next?

Related Articles

Leave a Reply

Submit Comment