05262017Headline:

Côte d’Ivoire –Exclusif: Accusé d’avoir fuit le pays/ Un dirigeant de Koz’ réagit et fait de très graves révélations

Comium

Accusé d’avoir fuit le pays/ Un dirigeant de Koz’ réagit et fait de graves révélations: « Nos vies étaient menacées »

« C’est un complot pour faire tomber la société »

Le week-end dernier, cinq dirigeants de la société de téléphonie mobile Koz’ ont quitté le pays dans des conditions difficiles. Ce départ émaillé par des manifestations des employés de la structure à l’aéroport Félix Houphouet-Boigny a suscité bien de commentaires.

Deux jours après l’affaire, l’un des cinq dirigeants nous a joint depuis l’extérieur pour donner sa version des faits. Sous le sceau de l’anonymat, ce dernier a déclaré que ce départ quelque peu précipité est dû à des menaces. « Nos vies étaient menacées. On ne pouvait pas continuer ainsi. Nous sommes partis pour sauver nos vies et celles de nos familles. Le DG, le DCM, le DAF et le Directeur des ventes ont été séquestrés dans nos bureaux », a-t-il relevé.

Les revendications des employés ont également été abordées au cours de l’échange avec le dirigeant de Koz’. « Ce n’est pas à nous de payer les droits. Nous sommes aussi des employés et nous-mêmes réclamons nos droits que nous n’avons pas eus. Les employés pour ces questions doivent s’adresser au propriétaire de l’entreprise et aussi à ceux qui ont décidé du retrait de la licence », a-t-il affirmé non sans ajouter que ces dirigeants ont eux aussi transmis un courrier à la direction de l’entreprise pour réclamer leurs droits et faire part de leurs inquiétudes concernant leur sécurité.

Cependant, notre source a soutenu que la situation actuelle au sein de l’entreprise est le fait de « manigances d’un ivoiro-libanais, ancien responsable de l’entreprise et bien connu de l’opinion publique et membre d’un Conseil régional ». Ce dernier aurait manœuvré afin d’obtenir des autorités judiciaires une interdiction de sortir du territoire contre les dirigeants de Koz’. « Nous avons échappé à un complot. L’objectif était même de nous faire arrêter. Il voulait confisquer nos passeports pour les remettre aux employés de Koz’ », a-t-il ajouté avant d’y aller de quelques révélations. « Ce monsieur doit à l’entreprise de plus d’un milliard. Toutes ces questions doivent être clarifiées. Nous avons bataillé pour sauver la société. Malgré qu’on était en redressement judiciaire, les salaires et les gratifications étaient payés à temps. En fait, c’est lui qui active les employés. Grâce à notre travail, Koz’ marchait à nouveau. On avait même recommencé à faire des bénéfices. Tout ce qui arrive aujourd’hui, c’est un complot pour que l’entreprise tombe en faillite. Il y avait beaucoup de fraudes. Beaucoup d’argent dont les employés pouvaient bénéficier a été détourné. Aujourd’hui, nous payons la colère des fraudeurs que nous avons réussi à neutraliser », a-t-il déclaré.

« Ce qui arrive à Koz’ est particulier. Nous ne sommes pas les seuls à traverser cette situation. Mais, pourquoi est-ce seulement à Koz’ que les gens réagissent de la sorte? C’est cela la vraie question », a ajouté le membre de la direction de l’entreprise de téléphonie. « Les expatriés de l’entreprise étaient menacés. On les suivaient presque. C’était devenu comme une véritable mafia. Cela est insupportable et inadmissible. Des employés venaient même faire le guet devant nos domiciles et celui du Directeur général toute la nuit. Nos familles vivaient mal tout cela. Dans cette situation, on ne pouvait pas trouver de solutions. Il fallait seulement se sauver et protéger nos familles », a-t-il déploré.

Pour ce qui est des actifs de l’entreprise, ce dirigeant a révélé qu’il a été en grande partie « volé ». « Plus de 40 véhicules ont été volés. Les sites techniques ont été vidés de leur matériel », a-t-il noté.

« Cette affaire n’est pas une affaire de Libanais contre Ivoiriens. Nous sommes Ivoiriens et beaucoup d’entre nous ont des parents Ivoiriens. Il était important qu’on réagisse afin de rétablir notre honneur et la vérité. Comme je l’ai mentionné, nous sommes partis seulement pour préserver nos vies. Nous sommes comme les autres, des employés ordinaires. L’entreprise a un propriétaire », a-t-il conclu.

Ci-dessous, la lettre des responsables de KOZ’ (en anglais) :

La traduction :

Malgré l’annonce de la décision de l’ARTCI et du Ministère des télécommunications de retirer la licence de Comium CI, chacun d’entre nous avait gardé l’espoir, que l’on pourrait faire quelque chose pour sauver notre entité, car nous considérons qu’elle nous appartient avant d’être celle de son propriétaire, plutôt que de tout laisser s’effondrer sous nos yeux.
C’est la raison pour laquelle tout le monde a continué à travailler sur ses tâches quotidienne sans tenir compte des risques auxquels nous allions devoir faire face auprès de nos fournisseurs, employés, abonnés, pour laisser du temps à l’équipe managériale de Comium CI de trouver une éventuelle solution à cette crise.

Et ce, malgré le fait que nous nous inquiétions de la sécurité de nos vies, travail, famille et ce à quoi l’avenir pourrait nous cacher.
Lorsque nous avons rejoint Comium CI et sommes arrivés dans ce pays, nous étions remplis d’espoir pour un futur meilleur et stable pour nous et nos familles, et pour tous ceux que nous supportions dans notre pays, et tout est aujourd’hui en train de se déliter.
À ce stade, nous ne pouvons compter sur personne, à part la conscience et l’éthique de Dr Nizar et vous-même.
Ce à quoi nous faisons face est catastrophique pour nous, nos enfants et nos familles, menant à la perte de notre seule source de revenus.
Comme vous devez le savoir, beaucoup d’entre nous ont des prêts en cours, n’ont pas de couverture médicale, ont des enfants scolarisés, etc… et nous vous demandons avec la plus grande urgence de nous accorder le minimum de sécurité.

En nous donnant une compensation pour une période minimale de 18 mois incluant les primes, sachant que les contrats de tout le staff n’expirent pas avant fin 2017, ce que nous considérons moins suffisant pour les problèmes auxquels nous allons devoir faire face, en étant sans travail, spécialement dans la situation dans la région et le secteur des télécoms en général

Nous comptons encore une fois sur votre sagesse.

L’équipe de Comium CI

linfodrome

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment