12112016Headline:

Jan Koum donne son temoignage emouvant !!!: Comment je suis passé d’homme de ménage à milliardaire en créant WhatsApp

jan-koum-whats-up

Le rêve américain est bien vivant ! Ce n’est pas Jan Koum, co-fondateur, avec son ami Brian Acton, de la célèbre appli de messagerie instantanée WhatsApp, qui dira le contraire. Arrivé aux Etats-Unis avec sa mère à l’âge de 16 ans pour fuir l’ex-URSS, Jan Koum faisait des ménages dans une épicerie pour l’aider financièrement. Depuis, le PDG de WhatsApp a fait du chemin ! Il vient d’atteindre le milliard d’utilisateurs avec son appli rachetée par Facebook en 2014 pour la somme de 19 milliards de dollars ! Mais Jan Koum est surtout devenu l’un des hommes les plus riches du monde avec une fortune personnelle estimée à près de 8 milliards d’euros net d’impôts. Voici en 5 étapes comment il est passé d’homme de ménage à une des plus grosses fortunes du monde.

1. Partir de rien

 

Ce n’est pas une obligation. Evan Spiegel est issu d’une famille très aisée. Ce qui ne l’a pas empêché d’être créatif. Mais l’enfance déshéritée de Jan Koum est certainement un moteur qui explique sa réussite aujourd’hui. Né à Kiev en Ukraine, Koum a grandi sans eau courante et a été soumis à un climat politique tendu, raison pour laquelle sa famille a été forcée de quitter son pays natal.

« C’était tellement délabré que notre école n’avait même pas de toilettes. Imaginez l’hiver ukrainien : -20°C et des petits qui doivent traverser le parking pour aller aux toilettes… Je n’ai pas eu d’ordinateur avant l’âge de 19 ans mais j’avais un boulier. »

« J’ai grandi dans une société où tout était sur écoute, enregistré ou balancé. Quand j’étais enfant, j’avais des amis qui ont eu des ennuis pour avoir raconté des anecdotes sur des leaders communistes. »

Lorsqu’ils arrivent aux Etats-Unis en 1992, la mère de Jan Koum devient baby-sitter et lui, fait des ménages. C’est durant cette période qu’il prend une des premières décisions qui changeront sa vie : emprunter un livre d’occasion sur le codage informatique, la discipline qui consiste à écrire des instructions pour développer des programmes, des pages web ou des applications.

À LIRE AUSSI :  Les 5 règles pour être une entrepreneure qui réussit

2. Se former et acquérir de l’expérience

 

Jan Koum est autodidacte : à 18 ans, il apprend tout seul à coder et à développer des infrastructures réseau comme Internet. Il décide d’aller à la fac et de faire un job en tant que testeur pour détecter les intrusions informatiques et la résistance d’un réseau.

Quel que soit le domaine dans lequel vous souhaitez évoluer, vous tenir au courant de ce qui se passe dans ce secteur, faire de la veille, vous former, est essentiel au développement de votre entreprise ou de microentreprise. Avec Internet, des livres concernant votre secteur, tout est possible. Sans ordinateur et avec de la volonté, Jan Koum s’est sorti de sa situation d’homme de ménage pour s’élever au rang de testeur réseau et bien plus. C’est grâce à son passage dans l’entreprise pour laquelle il testait les réseaux qu’il a décroché un emploi chez Yahoo en tant qu’ingénieur. Il quittera la fac pour y travailler durant presque 10 ans. C’est là aussi qu’il rencontrera Brian Acton. Son ami avec qu’il fondera l’application au logo vert.

3. Bien s’entourer

 

En affaires, s’entourer se fait plutôt naturellement. C’est bien s’entourer qui requiert du travail et qui déterminera le succès. Rapidement Brian Acton et Jan Koum deviennent amis. Rapidement, ils évoluent ensemble au sein de Yahoo jusqu’à quitter, ensemble, l’entreprise en septembre 2007. Quelques voyages et un échec aux portes de Facebook plus tard, les 2 hommes se lancent en affaires en fondant leur start-up, WhatsApp.Inc.

Vous le savez peut-être, s’entourer de personnes toxiques peut véritablement plomber votre affaire et faire échouer tous vos objectifs. Il est important de ne pas négliger cette étape. Jan Koum le sait bien. C’est son meilleur ami qui dans les moments de doute l’a poussé à persévérer dans le développement du code de l’application WhatsApp. C’est même lui qui lui a conseillé de faire des améliorations. Ils avaient tous les deux la même vision sur plusieurs points, ce qui n’a fait que renforcer leur amitié et réaliser l’un des plus gros succès de ces dernières années.

4. Créer son entreprise en s’inspirant de son expérience

 

Au départ, Koum voulait entrer chez Facebook pour y travailler comme ingénieur comme chez Yahoo, entreprise pour laquelle il a travaillé près de 10 ans. Son ami Brian Acton a eu la même démarche mais en 2009 lorsqu’ils ont postulé, les 2 hommes n’ont pas été retenus. Ils ont alors malgré eux rejoint le club des refoulés de Facebook (The Facebook Reject Club, en anglais).

À LIRE AUSSI :  Les 6 attitudes d’un entrepreneur

C’est là que l’idée de lancer sa propre entreprise lui est apparue comme une évidence.

« Je veux faire une chose et la faire bien. »

C’est son passé en Ukraine et sa vie d’immigré qui l’ont inspiré quand il développait WhatsApp.

« En fait, WhatsApp est le reflet de ce que j’ai vécu en [ex-]URSS et en venant aux Etats-Unis en tant qu’immigré. Les expériences de notre jeunesse façonnent ce que nous faisons plus tard dans la vie. »

Comme souvent, les grands succès d’un produit ou d’un service correspondent à un fort besoin. Dans le cas de Jan Koum, l’application WhatsApp est une façon de communiquer avec tout le monde, quel que soit le lieu où on se trouve. C’est la problématique qu’il avait quand il voulait échanger avec ses amis en Ukraine ou en Russie. Les textos étant payants et les solutions Messenger pas aussi performantes qu’aujourd’hui. Et puis il y a la publicité et la confidentialité. Deux chevaux de bataille de la team Koum-Acton. Le rachat de leur application en 2014 par Facebook n’y ont rien changé.

5. La vendre… tout en restant indépendant

 

En 2014, pour près de 18 milliards de dollars, Facebook rachète WhatsApp, rendant ainsi Jan Koum multimilliardaire. Celui qui figure à la 50ème place du classement Forbes des personnes les plus riches de la planète n’a cependant pas abandonné son indépendance. Il s’est assuré par exemple que l’application reste gratuite pour tous et sans publicité. Il a aussi développé les conversations cryptées. Cela signifie que Facebook ne peut pas récupérer ces données. S’il en était question notamment jusqu’à cet été, ce n’est plus le cas pour les utilisateurs européens. Le reste du monde pourrait suivre.

« Nos mobiles font tellement partie intégrante de nos vies qu’y ajouter de la publicité comme ça n’est pas une bonne idée. Personne n’a envie d’être dérangé par de la publication en parlant avec des proches. »

Cette vision du service est assez inédite dans le monde des réseaux sociaux. Certains ayant développé leur business sur l’idée de collecter des données, beaucoup de données, pour les revendre ensuite ou du moins les exploiter à des fins commerciales.

À LIRE AUSSI :  7 façons de t’assurer le succès et la rentabilité lorsque tu démarres ton entreprise

En business, se démarquer des autres peut être une bonne stratégie. Prendre le marché à contre-pied peut peut-être vous isoler mais dans le bon sens, c’est-à-dire faire de vous le pionnier. Pour avoir une telle vision, encore une fois, c’est la veille, les recherches et le terrain qui feront de vous une experte, capable de détecter les tendances à venir.

 

Le rêve américain. Ce mythe n’en est pas un : des centaines de milliers d’histoires montrent que même avec un passif familial pauvre et compliqué, rien n’est impossible. Pas même de devenir multimilliardaire avant 40 ans. L’histoire de Jan Koum est puissante car il a connu le travail dur et ingrat d’homme de ménage. Mais elle est surtout forte et inspirante car elle dit à tous que les livres, Internet, sont la source pour apprendre, seule. Certes des obstacles persistent, mais les échecs sont ce qui permet de se dépasser. Quand Jan Koum n’a pas été retenu pour rejoindre Facebook, ce fut un échec, une déception. Mais ironiquement, quelques années plus tard, il est racheté par le groupe et y siège même en tant qu’administrateur ! Vous ne vivez pas aux Etats-Unis, mais vous aussi pouvez écrire votre propre rêve. Un rêve français, belge, suisse, canadien, ivoirien etc. Un rêve qui devient réalité et plus encore. Ce n’est pas Jan Koum qui dira le contraire 😉

 

Tamara Argentin
Tamara Argentin
Rédactrice pour la rubrique “Icônes ». Journaliste rédactrice et Community Manager, l’écriture est ma passion. J’espère qu’à travers mes mots je saurai vous inspirer et vous permettre de vous élever.

Comments

comments

What Next?

Related Articles

Leave a Reply

Submit Comment