01192022Headline:

Afghanistan: les femmes afghanes sont-elles exposées?

À l’image de la presse quotidienne cette semaine, impossible naturellement pour les magazines de passer à côté de cette tragédie qui se joue en Afghanistan. À commencer par la Une et les photos de Paris Match, comme souvent saisissantes et qui rappellent notamment « Pourquoi le monde tremble pour les femmes afghanes ». On lit ainsi le mot « peur », en lettres capitales, à côté des yeux effectivement apeurés d’une jeune fille. Alors L’Obs, lui, nous présente une fois de plus ceux qui instillent cette peur. Ces « nouveaux talibans » qui « assurent avoir changé mais pratiquent toujours amputations et pendaisons publiques », quand déjà se multiplient « les témoignages de viols et de mariages forcés de veuves et d’adolescentes ».

Les magazines tentent évidemment, à leur tour, de comprendre comment on en est arrivé là. Le Figaro Magazine nous explique « pourquoi les talibans ont gagné » ou, plutôt, c’est Cédric Bannel qui nous l’explique dans ses colonnes, énarque, ancien diplomate, auteur d’une série de romans sur l’Afghanistan. C’est en premier lieu à cause de « la corruption endémique et systématique des élites afghanes », explique-t-il mais, ici, « responsabilités partagées avec les Occidentaux » qui ont notamment cautionné une armée fantôme selon lui.

Débâcle et déroute
« Débâcle », c’est un mot qui revient beaucoup dans les hebdos cette semaine, ou encore « la déroute américaine », comme l’affiche L’Express. Le magazine observe pour sa part l’histoire d’une « superpuissance humiliée ». « Joe Biden comptait tourner la page du 11 septembre 2001 », lit-on mais l’Afghanistan aura finalement été « le cauchemar des quatre derniers président américains ». Oui, « la plus longue guerre de l’histoire des États-Unis aura été un fardeau pour chaque occupant de la Maison Blanche. Vingt ans d’hésitations, de revirements et d’échecs », estime L’Express.

Et après « ce fiasco américain », renchérit Marianne, « c’est L’Europe qui va payer ! » La situation risque en effet de « galvaniser les mouvements fondamentalistes » chez nous. Et cette Europe « complètement impuissante », s’interroge également Marianne : « Devra-telle parallèlement gérer une situation migratoire semblable à celle de 2015 après la crise syrienne ? »

Melv Le Sage

Comments

comments

What Next?

Recent Articles