12082021Headline:

Côte d’Ivoire / Fernand Dédeh au sujet du congrès constitutif du PPA-CI : “Il est resté égal à lui-même”

Fernand Dédeh a adressé une épître à Barthelemy Zouzoua au sujet du congrès constitutif du PPA-CI.

À Barthelemy Zouzoua Inabo: Parti des peuples africains-Côte d’Ivoire. Parti panafricaniste, officiellement né au bord de la lagune Ébrié, à l’issue du congrès constitutif les 16 et 17 octobre 2021. Les membres fondateurs ont désigné l’ancien Président du Front populaire ivoirien et ancien président de la République de Côte d’Ivoire, nouveau président du PPA-CI et Mme Marthe Agoh, ancien député de Bingerville, présidente du comité de contrôle.
Le discours de LG76 était très attendu par l’opinion publique nationale et internationale. Il a retrouvé ses militants, partisans et sympathisants. Il est resté égal à lui-même. Il le disait en 2003 déjà, « j’ai du mal à lire un discours… ». Il en commente les grandes lignes, mêlant digressions et humour, la variation de stimuli tient son public en haleine. Par exemple, pendant qu’il développe une idée-force, il se souvient d’un fait qui l’a marqué: l’hommage à l’artiste coupe décalé, S. Kelly ou le souvenir de ses amis de lycée qui l’ont motivé à demeurer sur le chemin de l’école alors qu’il voulait en sortir pour trouver du travail et soutenir sa famille. Parce que son père était prisonnier politique et ses frères et sœurs étaient en état de survie. Un souvenir d’enfance pour tracer la ligne rouge pour ce qui le concerne: « je ferai la politique jusqu’à ma mort. ». Il est enfant de la politique.
En même temps, il avertit ses compagnons: « Il nous fallait un bon instrument de lutte pour que je sois en paix avec moi-même. Je suis maintenant tranquille.
La structure de ce parti que je viens de poser est une structure pour préparer mon retrait. C’est une structure pour préparer mon repos au village.
Mon ambition aujourd’hui, c’est de partir. Mais pas de partir pour vous abandonner. Je ne vous abandonnerai pas, car je suis un soldat. J’ai été président de parti politique. J’ai été président de la République.
Qu’est-ce que j’ai à gagner encore ?
À cet âge-ci, après ce parcours là, la sagesse voudrait que je me prépare à partir. Mais il faut que vous sachez que je suis avec vous, et je serai toujours avec vous. ».
Tout le débat est là. Sauf circonstances exceptionnelles, l’homme est sur le départ. Il trace les sillons du futur avec le nouvel instrument politique. Il modèle un parti politique pour tous ceux qui ont cru en sa lutte, son idéal. Tous ceux qui lui sont restés fidèles pendant les moments de traversée du désert. Il est en fait, en position de parrain politique, de référent politique. La bataille du terrain, l’engagement, la conquête du pouvoir d’Etat, les héritiers et héritières devront se préparer à les mener.
La bataille à venir sera celle du leadership à l’intérieur de ce parti. Il faudra chercher et trouver le fédérateur. Comme LG76 l’a été au début du multipartisme dans l’opposition. « Mais la partie n’est pas terminée pour lui, le repos est encore loin. La guerre de succession va s’ouvrir après qu’il ait résolu le problème de Affi et Simone. Quid du dauphin ? », analyse un observateur de la vie politique nationale.
Les ambitions ne manquent pas. Il y a du monde au portail.

Fernand Dédeh

Comments

comments

What Next?

Recent Articles