06302022Headline:

Côte d’Ivoire: la chronique de Fernand Dedeh

Ce que femme veut… Mme Mariam Dao Gabala a organisé avec maestria, l’élection du président de la fédération ivoirienne de football. Sortie de scène réussie. Idriss Yacine Diallo, 61 ans, prend les clés de la maison de verre de Treichville.
La victoire de la liste conduite par Yacine Idriss Diallo s’est dessinée dès l’élection du président de la Commission Gouvernance, Audit et Conformité. Pierre Gondo est un proche de Malick Toé, pierre angulaire du groupe de contestataires, le GX. Sory Diabaté l’a tout de suite compris, il y a des signes qui ne trompent pas. Deuxième indice qui préparait la victoire de l’ancien vice-président de la fédération ivoirienne de football , le succès de la vice-présidente de la commission. Mme Gnahoua Wawa est soutenue par lla liste « Rassemblement » de Idriss Diallo.
La journée a été longue et harassante. Mais la Démocratie a un prix: la transparence, l’équité, la justice. L’élection du président de la fédération ivoirienne de football ne pouvait souffrir d’une quelconque contestation. Le comite électoral a veillé à la régularité du scrutin. Sous la supervision de la FIFA.
La bataille des gladiateurs. Idriss Diallo, Sory Diabaté et Didier Drogba a été épique. Elle a tenu la planète foot en haleine. Idriss Diallo a gagné au second tour de deux points (63/61) contre Sory Diabaté mais il a vite percuté: il aura besoin de ses deux concurrents pour relever le niveau du football ivoirien, rassembler la famille, mettre fin aux querelles de cours communes qui ont terni l’image du pays ces dernières années. « Nous devons le savoir: la Côte d’Ivoire est un pays sérieux. », a -t-il dit après son élection. Un pays sérieux qui se prépare à organiser la coupe d’Afrique des nations et qui aura besoin du concours de tous les acteurs du football ivoirien.
Comment en effet se passer de l’immense expérience de Sory Diabaté? Comment mettre entre parenthèses, la volonté clairement exprimée de Didier Drogba de mettre son aura, son attractivité, son carnet d’adresses à la disposition du football ivoirien?
Le futur du football ivoirien se trouve dans le dépassement de soi, dans la capacité des différents acteurs à penser intérêt général, intérêt commun.
Sory Diabaté n’a certes pas relever le défi de sauver l’héritage du défunt président de la fédération Ivoirienne de football, Augustin Sidy Diallo mais il aura montré une résilience incroyable et une grosse capacité à tenir un groupe et faire face à l’adversité. Sa loyauté à l’égard de Sidy Diallo a été remarquable.
Didier Drogba a certes perdu. Ses partisans ont pleuré à chaudes larmes. Mais lui, il connaît la solitude de la défaite. Pour lui, c’est juste un match raté. Les grandes victoires de demain se préparent dans les cuisantes défaites d’aujourd’hui. Sa seule présence dans l’arène a provoqué un tel délire autour de ces élections. Yamoussoukro était en fête la veille. Il a réveillé la passion du football qui sommeille en chacune des Ivoiriennes et en chacun des Ivoiriens. Il a d’ailleurs dit: « J’ai commis des erreurs. Je ne connaissais pas les codes. Mais j’apprends vite. ». L’avenir lui appartient.
Idriss Diallo sait ce qui l’attend: un
Plan Marshall pour le football ivoirien. Tout est urgent. Les attentes sont fortes. Pas de temps à perdre. Il devra agir et très vite. « Je ne serai pas le président d’un camp ». Message clair.
Mme Dao Gabala, chapeau bas. Nous avons été très durs, parfois avec elle. Il ne fallait pas la provoquer davantage. Elle a été impériale dans la dernière ligne droite. Les hommes de théâtre le savent: la sortie de scène marque les esprits. La présidente du comité de normalisation part avec les honneurs et le respect de la famille du football. Un fleur rose pour elle. Un ban pour elle!

Comments

comments

What Next?

Recent Articles