04212021Headline:

Côte d’Ivoire: Lambert Amon Tanoh fait de troublantes révélations sur Ouattara et Bédié

La Côte d’Ivoire a pu traverser la crise née des élections présidentielles de 2010 en partie grâce à l’alliance Bédié – Ouattara. Ces deux grands leaders de la politique ivoirienne sont restés ensemble jusqu’après la fin du premier mandat du chef de l’état avant que le vers n’entre dans le fruit. Lambert Amon Tanoh, grand homme d’État, a permis de comprendre ce qui a empêché la réconciliation du couple Bédié – Ouattara.

L’alliance Bédié – Ouattara a pris fin officiellement à cause du refus du président actuel de la Côte d’Ivoire de favoriser l’avènement au pouvoir d’un militant actif du PDCI, parti dirigé par son allié de l’époque Henri Konan Bédié. C’est en tout cas la version officielle chez les militants du PDCI, qui disent avoir passé un deal non respecté par leur ancien allié du RDR sur le sujet. Lambert Amon Tanoh, ministre de l’Éducation nationale du président Félix Houphouët-Boigny dès 1958 a livré à 7Infos, les dessous de cette crise qui aurait pu prendre fin depuis bien longtemps.

Cet houphouetiste convaincu a déclaré avoir joué un rôle important pour tenter de rapprocher les deux hommes, mais il avouera avoir buté sur des manoeuvres de certains proches du Président Henri Konan Bédié. À la naissance de la crise Bédié – Ouattara, le ministre Lambert Amon Tanoh dit avoir pris contact avec le Président Henri Konan Bédié pour s’enquérir de sa version des faits, après quoi il a contacté le Président Ouattara qui le recevra un mercredi pour obtenir la sienne dans le but de les réconcilier.

Si l’un et l’autre se sont ouverts à lui, Lambert Amon Tanoh et son collège de médiateurs buteront sur un refus d’ Henri Konan Bédié de les recevoir après leur rencontre avec Ouattara. Pour lui, ce sont clairement les proches d’ Henri Konan Bédié qui ont empêché la rencontre qui aurait pu permettre la réconciliation Bédié – Ouattara. Le Président avait consenti à certains efforts pour ramener la paix au RHDP dont la création était en cours de matérialisation.

L’on connait la suite, les deux anciens alliés contre Laurent Gbagbo sont depuis devenus des adversaires plus que farouches, Henri Konan Bédié ne manquant aucune occasion de critiquer vertement le régime de son « jeune frère ».

Malgré ces attaques multiformes et régulières, le Président Alassane Ouattara ne répond jamais. Même Soro Guillaume qui a aussi pris ses distances avec le chef de l’État n’hésite pas lui non plus à lancer des fléchettes à chacune de ses prises de paroles lors de ses Crush Party en Europe, mais le Président reste toujours muet.

Le secret de ce silence que s’impose le chef de l’État ivoirien vient de Lambert Amon Tanoh, qui le lui a recommandé.

« Nous avions des solutions. Je ne vais pas porter un jugement », prévient dans un premier temps le vieillard de 93 ans, avant de rajouter : « mais nous étions à deux pas de régler la crise. Mais on sait que si nous pouvions influencer la décision de Bédié, difficilement nous pouvions obtenir un rendez-vous à Daoukro. Nous sommes partis la nuit (pour faire un retour à Bédié suite à sa rencontre avec le camp Ouattara) pour proposer les solutions. » « On vient de boucler la boucle, on vient », aurait-il lancé au patron du PDCI RDA qui ne le recevra jamais. « Je vous ai raconté qu’à la fin il ne nous a pas reçus. Parce que les gens savent que s’il nous reçoit, c’était réglé », confiera-t-il à 7Infos.

Pour Lambert Amon Tanoh, clairement, c’est l’entourage de Henri Konan Bédié qui ne voulait pas de sa réconciliation avec Alassane Ouattara. Il a ensuite demandé un entretien avec le chef de l’État qui l’aurait reçu dans la foulée seul. « Je l’ai supplié de rester au-dessus de la mêlée et de transcender tous ses sentiments personnels pour faire prévaloir l’intérêt de la nation », conseillera-t-il au Président Ouattara, lequel lui aurait répondu « Grand frère, je suivrai vos suggestions ».

Comments

comments

What Next?

Related Articles