01212022Headline:

Côte d’Ivoire: Laurent Gbagbo veut le retour des exilés ivoiriens au Ghana

L’ancien président ivoirien a effectué un séjour de quatre jours au Ghana. Selon un communiqué de son parti, il s’y est rendu pour prendre part aux obsèques du capitaine Kojo Tsikata, homme fort et proche de l’ancien président ghanéen Jerry Rawlings. Laurent Gbagbo a également rendu visite aux exilés ivoiriens, dont il souhaite le retour au pays. Après la chute de l’ancien président, 11 000 Ivoiriens avaient fui la crise post-électorale pour trouver refuge au Ghana voisin.

Les plus célèbres des exilés pro-Gbagbo réfugiés au Ghana – Damana Adia Pickass ou Justin Koné Katinan, anciens ténors du Front populaire ivoirien – sont rentrés en Côte d’Ivoire au printemps dernier. Mais les partisans de Laurent Gbagbo sont encore très nombreux à vivre en exil dans ce pays voisin. « Environ 7 400 », selon le Parti des peuples africains Côte d’Ivoire (PPA-CI), le nouveau parti de Laurent Gbagbo.

L’ancien président ivoirien a rencontré, durant le week-end du 11 et 12 décembre à Accra, les représentants des exilés. « Une rencontre informelle qui n’était pas prévue au programme », précise Ousmane Sy Savané, le responsable de la communication du PPA-CI. Une rencontre toutefois indispensable, dit-on, tant ce sujet est épineux.

Questions techniques et financières à régler
À partir de 2015, le Haut Commissariat aux réfugiés de l’ONU cessait d’aider financièrement ces citoyens ivoiriens en exil, d’anciens fonctionnaires ou opérateurs économiques, invitant ces dernier à rentrer en Côte d’Ivoire. Ce qu’ils refusèrent régulièrement, exigeant comme préalable la libération de Laurent Gbagbo.

Aujourd’hui, la donne a changé. Un retour est donc possible. Il est même vivement encouragé par Laurent Gbagbo. Reste à régler les questions financières et logistiques. Après plus de dix ans d’exil, un rapatriement signifie des coûts importants pour ces familles qui estiment insuffisant les 300 000 francs CFA d’indemnisation offerts par le HCR. Ils réclament 2 millions de francs, mais aussi la possibilité de conserver leur emploi au sein de l’appareil d’État. Il faut aussi réintégrer les enfants au système scolaire ivoirien : certains ont passé toute leur scolarité au Ghana, dans un système anglophone.

Ces questions seront abordées lors du dialogue politique entre le gouvernement et les partis d’opposition. Il doit reprendre officiellement le 16 décembre prochain, après avoir été interrompu pendant plus de six mois.

Melv

Comments

comments

What Next?

Recent Articles