04182021Headline:

Côte d’Ivoire: le retour de 8 exilés pro-Gbagbo parmi les Ivoiriens, leurs objectifs

Le retour en Côte d’Ivoire des partisans du Président Laurent Gbagbo en exil, au Ghana, ne souffre d’aucun doute. Il est acté, depuis le samedi 9 janvier 2021. C’était au cours d’une Assemblée générale.

Pour ce retour au bercail, des personnalités et non des moindres, ont décidé d’être en première ligne. Il s’agit de Justin Koné Katinan, Issa Malick Coulibaly, Soro Seydou (ancien Directeur général de la CIDT), Damana Adia Pickass, Koudou Jeannette (Sœur cadette du Président Laurent Gbagbo), Laurent Ottro (ancien Pca de la Sir), Idriss Ouattara (président des parlements et agoras), Stéphane Kipré (président de l’Union des nouvelles générations).

«Le principe de notre retour est un acquis. Le retour quant à lui, est irrévocablement arrêté, pour les jours qui viennent. Nous n’avons pas vocation à rester éternellement en exil. Le Président Laurent Gbagbo a décidé de rentrer au pays après son acquittement, sa libération. En plus, il a reçu ses deux passeports.

Il a donné instruction au Fpi d’organiser son retour. Les exilés qui ont pris une part prépondérante dans la plus grande précarité à ce combat, ne peuvent rester en marge de la préparation de cet événement. Le Président Laurent Gbagbo rentre au pays, bientôt. Nous n’avons plus aucune raison de rester en exil. La raison exclusive de notre exil était liée à sa situation personnelle que nous avons jugée inacceptable», font-ils remarquer.

Et de poursuivre : «Le Président Laurent Gbagbo est informé. D’ailleurs, c’est lui qui a donné des instructions. Afin qu’on se prépare à rentrer au pays. En plus, nous en sommes arrivés à la conclusion que la mission devrait se poursuivre à l’intérieur du pays. Nous rentrons pour préparer son retour. Il n’est pas imaginable que le Président Laurent Gbagbo rentre avant nous.

Au cours d’une Assemblée générale organisée le 9 janvier 2021, au Ghana, la coordination du Fpi en exil a demandé aux réfugiés ivoiriens de se préparer à rentrer au pays, pour accueillir leur leader, le Président Laurent Gbagbo. Toutefois, la coordination a précisé que le retour est fondé sur le volontariat qui exige qu’aucun réfugié ne peut être contraint au retour contre sa volonté». Par ailleurs, la date du retour au pays n’est pas encore arrêtée. Après la rencontre avec le Ghana Refugee Board, les discussions continuent avec le Haut commissariat des réfugiés. Et les choses avancent bien.

Les rencontres se déroulent dans une ambiance bon enfant. Le Hcr se dit disposé. Il ne voit aucun inconvénient, pour le retour des exilés dans leur pays. Etil est prêt à prendre toutes les dispositions, pour que ce retour se déroule dans de bonnes conditions. Et sans accroc. Il reste quelques détails à aplanir.

Avant de donner la date définitive du retour. En d’autres termes, c’est en application des procédures avec le Haut commissariat des réfugiés relatives au retour des réfugiés que la date du retour sera fixée. C’est Damana Adia Pickass, le premier vice-président de la coordination qui dirige le comité de pilotage.

Une fois la date connue, les dispositions seront prises. Afin que tous ceux qui le désirent, puissent se joindre à ce mouvement de retour. Ce mouvement pourrait se faire par vagues, afin que ceux qui ne peuvent le faire dans l’immédiat, puissent s’organiser pour le faire dans la foulée du prochain mouvement.

Toutefois, l’Assemblée générale a recommandé que ceux qui partent, continuent de manifester leur solidarité à ceux qui vont rester et à manifester la même solidarité à l’égard de ceux des plus fragiles, qui retourneront aussi. La solidarité reste le socle sur lequel repose le Fpi. Mais une question taraude l’esprit de certains ivoiriens.

A savoir : Est-ce que ceux qui décident de rentrer auront toutes les garanties ? Voici leur réponse : «Nous ne nous soucions point de garanties ou pas, le Président Laurent Gbagbo rentre au pays, bientôt. Nous n’avons plus aucune raison de rester en exil. En plus, notre retour s’inscrit dans le cadre de la décrispation du climat politique qui prévaut au pays.

Et du retour de la paix et la réconciliation nationale. Autrement dit, notre retour va booster l’harmonie et la paix en Côte d’Ivoire. Nous rentrons pour travailler en attendant l’arrivée du Président Laurent Gbagbo. Nous rentrons pour préparer l’arrivée du Président Laurent Gbagbo. Nous rentrons pour accueillir Le Président Laurent Gbagbo».

Operanews

Comments

comments

What Next?

Recent Articles