01252022Headline:

Côte d’Ivoire : Ouattara mêlé aux troubles de la désobéissance civile ?

Pour Traoré Mamadou, Député FPI 2000-2010, Ouattara est pris dans le tourbillon de la désobéissance civile du peuple ivoirien.


Il faut reconnaître que c’est la première fois que le régime Ouattara est confronté à une opposition qui regroupe tous les partis et organisations civiles qui rejettent en bloc sa politique d’ humiliation, d’appauvrissement et d’assassinat des libertés en Côte d’ivoire.

Au lendemain de son installation à la tête du pays, Alassane Dramane Ouattara s’était appliqué, à coups de communication, à répandre l’idée qu’il en avait définitivement fini avec ses adversaires politiques dont le plus redoutable demeure jusqu’à présent le leader souverainiste et panafricaniste Laurent Gbagbo envoyé au casse pipe judiciaire à la CPI dès les premières heures du pouvoir en 2011.

Le parrain de la rébellion ivoiro-burkinabé avait réussi à faire croire que Henri Konan Bédié était désormais à ses bottes grâce à l’attribution de postes dans son gouvernement aux cadres les plus en vue de son parti politique le pdci Rda.

LIRE AUSSI : Arrestations, enlèvements des pro-Soro… le rapport d’Amnesty sur la Côte d’Ivoire qui accable le régime d’Abidjan

Il était convaincu que tout se résumait à des questions de postes dans un parti politique. C était une erreur de jugement qui allait lui coûter cher par le départ fracassant de Henri Konan Bédié et de son parti Rda de l’alliance Rhdp.

Alassane Ouattara était convaincu que le peuple ivoirien assommé par les atrocités d une guerre dont il ne voulait pas, resterait pour longtemps tétanisé par les visions des horreurs de 2002 à 2011 et par la crainte d’une nouvelle série de violences dont le Rdr (Rhdp), le parti au pouvoir, avait le secret et les hommes pour le faire.

L’ami de Nicolas Sarkozy pensait que le manteau de pauvreté dont il a recouvert tout le pays, constituerait une dalle de béton qui étoufferait les voix d’une population préoccupée désormais par la recherche d’une pitance pour venir à bout de sa faim.

LIRE AUSSI : Après l’affaire du gbaka vert, Amnesty International charge à nouveau le gouvernement Ouattara: voici son derrière rapport

Le Président désigné par la Communauté internationale en 2010 croyait enfin à tort qu’il pouvait faire de la Côte d’Ivoire un royaume en plein 21 ème siècle où la volonté générale serait abolie et les lois remplacées par la volonté d un homme, celle du Docteur Alassane Dramane Ouattara.

C est pourquoi au soir du 6 août 2020, les yeux pétillants de défi, il avait fièrement lancé à la face de la nation sa décision de s introniser président à vie par sa 3 ème participation à une élection présidentielle qui ne le regardait plus ni de près ni de loin selon sa propre Constitution rédigée par ses soins quatre ans plus tôt, étant donné qu’il avait déjà épuisé ses deux mandats présidentiels.

Ce fut dès cet instant le début d une cascade de contestations et de manifestations populaires qui indiquaient que le peuple était sorti de sa torpeur pour prendre son destin en main en affrontant l’imposture.

C est donc à la grande surprise du dictateur que le peuple qu’il croyait pacifié désormais, divisé à jamais, incapable de surmonter ses divergences, c’était uni le 10 octobre 2020 dans un stade Félix Houphouët Boigny plein à craquer.

La désobéissance civile qui avait été lancée par l’opposition dans la foulée de cette nouvelle dynamique, accentuée par le boycott actif de l élection présidentielle mit le dictateur K.O dans la journée du 31 octobre avec un taux de participation inférieur à 8% entraînant de ce fait un grave déficit de légitimité.

Le dictateur d’Abidjan très affaibli par la farouche résistance du peuple, loin de s’avouer vaincu, multiplie les actes d’agression déguisés en maintien d’ordre en déclenchant l’enfer sur les manifestants à l’aide de forces de sécurité acquises à sa cause moyennant finance et doublées de « microbes », adolescents criminels bourrés de drogues et armés de machettes pour tuer.

LIRE AUSSI : Le budget 2021 de l’Etat de Côte d’Ivoire examiné

Finalement à bout de souffle et convaincu de la fin imminente de son régime barbare, l’homme demande prestement des discussions à l’opposition tout juste deux semaines après la mascarade électorale du 31 octobre 2020.

Mais des discussions pour quoi faire et sur quels sujets ? Le temps de la discussion se situait avant la parodie d élection du 31 octobre pas après. Alassane Dramane Ouattara est définitivement pris dans le tourbillon de la résistance du peuple de Côte d’Ivoire et n’en sortira pas victorieux car pour un peuple uni et déterminé aucune victoire n’est impossible.

source : Yeclo

Comments

comments

What Next?

Recent Articles