09242021Headline:

Côte d’Ivoire: une femme policier gifle un gendarme à Abobo

En effet, le dimanche 19 juin 2021, aux environs de 23h, une vive altercation a eu lieu entre un couple de policiers et des éléments de l’escadron (3/1) de gendarmerie d’Abobo, au poste de surveillance à l’entrée nord de l’escadron ‘’Camp commando’’ d’Abobo. Il était un peu plus de 22 h, et à cette heure-là, l’un des gendarmes, à ce poste, en l’occurrence le maréchal des logis G.W. J. s’était approché et avait fait savoir au couple de policiers abord du véhicule, de marque Fiat, qu’à cette heure, aucun véhicule ne passe par le corridor. Cela a finalement dégénéré et un officier de la gendarmerie, hiérarchie directe des éléments au poste, a reçu des propos maladroits de la part de la co-pilote. Face à cette insubordination, et pour éviter que le véhicule ne démarre brusquement, l’officier a exigé des éléments de dégonfler les pneus. Cet ordre du capitaine a mis d’avantage en rogne la co-pilote qui s’est éjectée du véhicule. Très en colère, elle aurait poussé le capitaine tout en continuant de l’injurier, le traitant d’un moins que rien. Mld G.W.J qui était venu immédiatement s’interposer, en priant la dame de ne pas aller plus loin ,aurait reçu une gifle appuyée. Finalement le gendarme s’était dégagé violement des griffes de la dame. Vingt-heure après la publication, une autre version vient contredire la première. En effet, selon de nouvelles sources à notre disposition, il pleuvait abondamment ce samedi 19 juin 2021, lorsque le sergent de Police O.K.J. résident à la cité policière d’Abobo était dans sa voiture avec son épouse, également policier, à l’occurrence la sergente de police en stage, A.B. En compagnie de leur fils de 9 ans, ils sont arrivés sur un barrage de fortune fait de pneus usagés. O.K.J qui n’a pas vu d’éléments en faction à cet endroit a mis pied à terre et a enlevé les pneus afin de continuer son chemin avec sa famille. C’est en ce moment que surgissent trois gendarmes de l’escadron. O.K.J décline son identité avant de présenter ses excuses aux gendarmes. Cela n’aurait pas suffi aux hommes de la maréchaussée pour laisser O.K.J et sa famille poursuivre leur route pour accéder à leur domicile. Pis, les gendarmes exigent les pièces afférentes à son véhicule afin de l’immobiliser au camp. Informé de la situation, un officier (capitaine) de l’escadron est arrivé sur les lieux pour plus d’informations. Ce dernier à son tour aurait donné des instructions de dégonfler les pneus de la voiture. Ceci provoque une vive altercation entre O.K.J et les gendarmes‘’ Vu la tournure des événements en cours et vu également l’heure tardive, l’époux du policier a décidé de sortir du véhicule pour à son tour présenter ses excuses et calmer les protagonistes, afin d’éviter que la situation ne dégénère en une sanglante bagarre rangée avec des conséquences dramatiques. En voulant sortir du véhicule, elle a heurté le capitaine qui s’y trouvait du côté de la portière gauche et demandé de les laisser partir maintenant à la maison. Ce dernier, n’aurait pas apprécié les propos de la dame et a demandé qu’elle soit bastonnée. C’est ce que fut les gendarmes présents. Elle a été trimbalée sur cent mètres environs et molestée. Informés, quelques minutes après, sont arrivées successivement sur les lieux de l’altercation de l’altercation de district de Police d’Abobo, les commissaires du 13 et 15è arrondissement, un colonel de gendarmerie et le commandant de l’escadron ainsi que le père de la policière bastonnée pour circonscrire le problème ‘’, révèlent nos sources qui précisent que la sergente de police A.B. victime de bastonnade est enceinte de deux mois. Quelques minutes après la bastonnade, la dame policière était mal en point avec un œil totalement fermé et tuméfié, des boursouflures au genou et à la jambe. Elle avait du mal à se déplacer et se tordait de douleur. Elle a été admise en urgence dans un centre de santé. Face à ce grave incident, des rapprochements ont été faits. Le lendemain des faits, le dimanche 20 juin 2021, le commandant de l’escadron d’Abobo (3/1) en début d’après-midi, aurait présenté ses excuses et celles de sa hiérarchie. Il aurait souhaité une collaboration étroite pour raffermir les liens de cohabitation et de cohésion pour éviter ces genres d’incidents regrettables qui se répètent régulièrement. En effet, selon les mêmes sources, le 15 juin 2021, la sergente-cheffe N’. S. résidente à la cité policière a subi le courroux des gendarmes au même poste de surveillance. Elle a été molestée et les portières de son véhicule endommagée. Elle aurait même passé quelques heures en garde à vue.

Melv Sage

Comments

comments

What Next?

Recent Articles