01212022Headline:

Mali: le Commandant de la Force antiterroriste se rend aux autorités et permet au juge de déclencher la procédure

Après que le Commandant de la Force antiterroriste Forsat se soit rendu aux autorités, le cours normal de la procédure a bien repris. Des réunions ont eu lieu entre différents acteurs de l’affaire pour que l’action judiciaire arrive à son terme.

Le Commissaire divisionnaire Oumar Samaké s’est finalement rendu, au terme d’une série de rencontres qui se sont tenues depuis dimanche entre le commandant de la Forsat lui-même, les syndicats de policiers, le directeur général de la police et, lundi, avec le ministre de la Sécurité, le colonel Daoud Aly Mohammedine.

Lors de cette rencontre des « garanties » ont été données au commandant de la Forsat et aux organisations de police telles qu’« avoir un procès équitable » et « que tous les concernés se présentent tous au niveau de la justice ». En échange de quoi, « l’ensemble de la police nationale a accepté de se mettre à la disposition de la justice. Aujourd’hui notre souhait c’est que tous ceux qui sont dans le dossier puissent tous être entendus et que le droit soit dit », a expliqué à RFI l’adjudant Daouda Cissé, secrétaire général adjoint du SPN, le syndicat de la police nationale SPN-CSTM.

« La justice a fait ce que nous demandions »
Une exigence qui met les policiers d’accord avec les organisateurs des manifestations de juillet 2020, réprimées dans le sang par les forces de l’ordre. Car c’est bien sur cette répression que la justice malienne tente de faire la lumière.

« On peut se réjouir dans le sens que finalement la justice a fait ce que nous demandions », a réagit Clément Dembélé, le président de la Plateforme contre la corruption. Il faisait partie des leaders de la contestation et estime qu’ « il faut rapidement continuer le processus ». « Il ne faut pas s’arrêter au commandant [Oumar] Samaké de la Forsat, il faut aller plus loin, que cette histoire ne soit pas une histoire politique, ne soit pas juste un effet d’annonce. C’est ce que nous allons suivre de très près dans les jours à venir », conclut-il.

Le juge d’instruction en charge de ce dossier délicat peut à présent se remettre au travail.

Melv le Sage

Comments

comments

What Next?

Recent Articles