04232021Headline:

Retour de Gbagbo/ Le CVCI fait appel à la CPI sans succès

24 heures seulement après l’annonce du retour de Laurent Gbagbo dans son pays à la mi-mars, suite à son acquittement par la Cour pénale internationale, des voix s’élèvent contre l’arrivée de l’ancien Président ivoirien en Côte d’Ivoire.

Le Collectif des victimes en Côte d’Ivoire (CVCI), présidé par, Issiaka Diaby a annoncé aujourd’hui au cours d’une rencontre avec la presse qu’il a déjà mis en place, son comité d’accueil et les noms des membres seront dévoilés incessamment.

«Nous allons nous approcher de nos membres pour mieux coordonner notre action et au moment venu nous allons vous informer », a déclaré, Issiaka Diaby.

Le Président du CVCI reste convaincu que le retour de Laurent Gbagbo sera ajourné vu, les actions que les victimes mèneront dans les prochains jours.

Opposé pour l’heure au retour de l’ancien Président ivoirien dans son pays, le Collectif veut que, «la procédure entamée contre Laurent GBAGBO et ses proches se poursuive jusqu’à ce que toutes les voies de recours soient épuisées ».

Pour le Président dès lors qu’il y a eu appel, «il doit avoir un nouveau procès, paradoxalement cela semble ne pas être le cas et on veut permettre à Laurent GBAGBO de rentrer en Côte d’Ivoire alors que la procédure est en cours ».

Issiaka Diaby a révélé que les victimes ont saisi les autorités ivoiriennes et la CPI pour s’opposer au retour en Côte d’Ivoire de Laurent GBAGBO et CHARLES BLE GOUDE et donné les raisons de droit fondement de leur désapprobation et à travers leur association le C VCI elles ont suffisamment communiqué sur ce sujet.

«Non seulement les victimes n’ont pas obtenu de réponse des autorités ivoiriennes et de la Cour Pénale International, mais elles sont sidérées de constater dans cette affaire judiciaire que la Côte d’Ivoire s’implique pour recevoir les proches de Laurent GBAGBO sans pour autant recevoir aussi les victimes pour des questions d’équité et de justice. Pire, ces derniers jours, les victimes entendent que des gens ont mis en place un comité de soutien et d’accueil pour organiser le retour de Laurent GBAGBO en Côte d’Ivoire dans ce contexte où l’Etat de Côte d’Ivoire et la CPI n’ont donné de réponse aux victimes concernant la suite de la procédure et les enquêtes se rapportant aux 3.000 morts de la crise post-électorale », a déploré, Issiaka Diaby.

Selon lui, Laurent GBAGBO et ses proches ont décidé de prendre leur responsabilité pour rentrer en violation d’un certain nombre de principes et les victimes estiment que ces agissements sont irresponsables et injurieux, constituant des actes de provocations de trop qu’elles ne peuvent accepter sans réagir.

«Les victimes ont ce sentiment légitime qui leur croire que si ces personnes ont le courage d’enfreindre les interdictions pour venir en Côte d’Ivoire, c’est parce que la Cour Pénale Internationale leur a donné l’occasion de le faire et cette fois-ci les victimes estiment que c’est trop. Nous aussi, le Collectif des Victimes en Côte d’Ivoire et ses membres, allons prendre nos responsabilités et nous inviter à l’accueil de Laurent GBAGBO. Nous interpellons donc la Cour Pénale Internationale quant aux manquements concernant les enquêtes et les procès qui n’ont pas eu de réponses et de suite » a mentionné, le Président du CVCI.

«Nous avons le sentiment que non seulement les choses n’ont pas été bien menées, mais aussi nous n’avons pas de réponse, pas de vérité et jusqu’à présent il n’y a pas de justice en relation avec les 3.000 morts de le crise postélectorale, et ce depuis 10 ans. Cela semble démontrer l’incapacité de la Cour Pénale Internationale rechercher, appréhender et punir les auteurs des crimes de masse”, a-t-il poursuivi.

Le Collectif demande donc à la Cour Pénale Internationale de donner une suite favorable à l’appel pour permettre un nouveau procès et se dit prêt dans la lutte contre l’impunité et va parer à un retour « illicite » de Laurent GBAGBO et Charles blé en Côte d’Ivoire.

Koaci

Comments

comments

What Next?

Recent Articles