08092022Headline:

Afrique du Sud: au moins 21 personnes retrouvées mortes dans une boite de nuit

Image d’illustration

Les corps d’au moins 21 jeunes ont été retrouvées sans vie très tôt ce dimanche matin, dans une boîte de nuit d’un township de la ville portuaire East London, dans le sud du pays.

Les victimes ont perdu la vie alors qu’elles étaient venues faire la fête. On ne connait pas encore les circonstances exactes du drame et les rumeurs vont déjà bon train, mais la police sud-africaine refuse pour l’instant de privilégier une piste plutôt qu’une autre, et se contente d’indiquer que l’enquête est en cours. 21 personnes sont décédées, selon le dernier bilan des autorités.

Les circonstances sont pour le moins troublantes : les corps des victimes ont été retrouvés allongés, sur le sol ou sur des tables, sans signe apparents de blessure, selon un responsable local. Ces adolescents étaient plus jeunes que ce qu’avaient dans un premier temps affirmé les autorités, le ministère de la Police indique désormais qu’ils étaient mineurs, le plus jeune était même âgé de 13 ans. Ils sembleraient qu’ils faisaient partie d’un même groupe venu fêter un anniversaire. Une enquête est en cours et notamment des autopsies et examens toxicologiques pour établir la présence ou non de traces de drogue ou d’empoisonnement.

Mystérieuse découverte
Une foule en colère s’est massée ce dimanche devant le lieu du drame, où les enquêteurs continuent de s’activer. Les corps ont été transportés à la morgue afin que des autopsies soient pratiquées pour tenter d’établir les causes de ce terrible événement.

Le ministre de la Police est arrivé sur les lieux. « Nous avons d’abord cru qu’il s’agissait d’une bousculade », a-t-il indiqué, très ému, ajoutant qu’à première vue, ce ne serait finalement pas le cas. Bheki Cele a par ailleurs dans son discours critiqué les parents qui laissent leurs enfants mineurs se rendre en boîte de nuit. La police a annoncé que des experts étaient venus de Pretoria pour soutenir les enquêteurs locaux, et surtout que d’autres parties avaient été contactées pour se pencher sur des problèmes de respect des lois sur l’alcool. Un numéro de téléphone a été mis en place pour que tous ceux qui auraient des informations puissent contacter les enquêteurs.

De son côté, le président Cyril Ramaphosa, en déplacement en Allemagne pour le sommet du G7, a exprimé ses condoléances aux familles dans un communiqué en ligne. Il se dit très « préoccupé » par les circonstances du drame. La boite de nuit organisait, selon une invitation postée sur ses réseaux sociaux, une soirée pour célébrer l’anniversaire de deux DJ locaux.

Nombreuses inconnues
Le drame d’East London soulève plusieurs questions. Tout d’abord, la présence de ces jeunes dans un bar vendant de l’alcool, alors que la loi interdit la vente d’alcool aux moins de 18 ans. Les établissements sont censés contrôler l’age de leur client – ce qui n’est pas fait automatiquement. Dans ce cas, les victimes avaient moins de 18 ans et l’une avait même 13 ans.

Autre interrogation : l’attribution de licence permettant de vendre de l’alcool. À qui et comment sont elles attribués, notamment dans ces bars informels – qu’on appelle des Shebeens ou Tavern – qui ne répondent pas nécessairement à tous les critères sanitaires et où la provenance de l’alcool vendu n’est pas contrôlée ? L’enquête est en cours.

Melv

Comments

comments

What Next?

Recent Articles