04142021Headline:

Benin: la population s’adonne à la pipe de la chicha, réaction du préfet d’Alibori

Le préfet du département de l’Alibori s’active pour l’interdiction de la consommation de la Chicha sur son territoire.

Au Bénin, la consommation de la chicha est interdite dans les départements du Zou, des Collines et de L’Ouémé. De son côté, Mohamadou Moussa, préfet de l’Alibori compte se mettre sur les traces des autres départements afin de s’engager rigoureusement contre la consommation de la Chicha.

Selon Mohamadou Moussa, bien qu’il n’y ait pas encore une décision officielle, la consommation de la chicha est désormais interdite sur le territoire de l’Alibori.

«Je crois qu’il est temps de le mettre en vigueur cette décision que nous étions même le premier à avoir envisagée. Nous allons actualiser ces mesures bientôt. Mieux, les assemblées de nuit seront interdites parce que c’est dans ces assemblées que des gens s’adonnent à la consommation de ce produit.»

Mohamadou Moussa sera soutenu par les membres de la conférence administrative départementale dont le directeur départemental Alibori de la santé. Ces derniers sont convaincus que l’arrêté préfectoral mettra d’ici là, les pendules à l’heure.

La Chicha est plus dangereuse que la cigarette
Selon la Fondation contre le Cancer qui a cité une récente étude éméricaine, la chicha est nocive et addictive. Ladite étude a pointé du doigt les dangers de la chicha.

Elle alerte que la Chicha est aussi dangereuse que la cigarette, voire plus, mais ce qui ressort, c’est la forte addiction qu’elle peut aussi provoquer. Par ailleurs, les risques de « tabagisme passif » existent tout autant en présence de fumeurs de chicha.

Comme l’explique Tabacstop, la chicha ou narguilé est une pipe à eau. Son principe est donc celui du narguilé : c’est à dire qu’elle contient dans la « douille » du « tabamel », à savoir un mélange d’environ 30% de tabac et de 70% de mélasse, additionné de miel et de pulpe de fruits.

Inverser la tendance…
Le tout est chauffé par du charbon, la fumée passe dans de l’eau avant d’être aspirée par le fumeur par un bec au bout d’un tuyau. Il existe également les versions électroniques de la chicha, sous forme de sorte de « stylos » colorés, très attractifs pour les jeunes… On les appelle aussi e-chicha ou chicha-stylos.

Les jeunes en particulier trouvent en la chicha une image positive. Or, en pensant ainsi, ils méconnaissent ses risques pour la santé, qui peuvent pourtant être équivalents à ceux de la cigarette.

Malheureusement, les chichas et ses dérivés commencent à être très populaires chez les jeunes. C’est d’ailleurs pourquoi, le Bénin a opté pour une politique d’information et d’inversion urgente en espérant inverser la tendance.

beninweb.tv

Comments

comments

What Next?

Recent Articles