05212022Headline:

Burkina: un journal américain évoque les raisons qui ont poussé Damiba à évincer Roch Kaboré du pouvoir

Selon le journal en ligne américain le Daily Beast: “ Marc C. Kaboré a été évincé du pouvoir quelques semaines seulement après avoir refusé de payer les services des paramilitaires russes”.
Le Lieutenant-colonel Paul-Henri Sandaogo Damiba, le chef du coup d’État militaire contre le président Kaboré cette semaine était l’officier qui a tenté de le forcer à accepter l’aide de Moscou, ont déclaré des sources proches de l’ancien président au Daily Beast.
L’un des derniers actes du président du Burkina Faso a été son refus de recruter des paramilitaires russes sur son sol.
Le Lieutenant-colonel Paul-Henri Sandaogo Damiba a été promu le mois dernier pour superviser la sécurité dans la capitale Ouagadougou. À deux reprises, il a cherché à persuader le président Roch Kaboré d’engager le groupe Wagner, selon deux responsables qui faisaient partie de l’équipe de communication du président.
Ce mois-ci, Damiba a tenu une réunion avec le président et l’a imploré de faire appel au groupe Wagner pour maîtriser les opérations militaires…
“Le président a rapidement rejeté l’idée et a même rappelé à Damiba que les gouvernements européens venaient de condamner le déploiement de mercenaires russes au Mali par ses chefs militaires », a déclaré l’un des responsables au Daily Beast. “Kaboré ne voulait pas avoir de problèmes avec l’Occident pour s’être aligné avec la Russie.”
Cet avertissement n’a pas empêché Damiba de chercher à avoir le groupe, qui a également été déployé en Libye et en République centrafricaine, sur le terrain au Burkina Faso. “Il a contacté le président une deuxième fois concernant le partenariat avec les Russes”, a déclaré un responsable. “Encore une fois, le président a rejeté l’idée.”
Des sources affirment que c’était la dernière fois que Damiba, qui est âgé de 41 ans, communiquait avec Kaboré. Des anciens conseillers du président ont déclaré au Daily Beast que le président avait été averti que la promotion de Damiba pourrait être dangereuse.
Selon un autre responsable de l’équipe de communication de Kaboré, des proches du président renversé avaient exprimé leur inquiétude quant à la nomination de Damiba car ils pensaient ce dernier avait des liens étroits avec les colonels Assimi Goïta et Mamady Doumbouya, les dirigeants militaires du Mali et de la Guinée respectivement, qui ont tous deux renverser des dirigeants civils dans leur pays l’année dernière.
Des sources affirment que Kabore a rejeté ces craintes, affirmant que Damiba était un officier dévoué qui pouvait l’aider à renforcer son soutien au sein de l’armée. Damiba aurait passé du temps avec Goïta et Doumbouya en 2019 lorsque les deux hommes ont participé à un exercice militaire dirigé par les États-Unis connu sous le nom de Flintlock au Burkina Faso et est resté proche d’eux hommes depuis lors.
« Le gouvernement savait qu’il [Damiba] entretenait des relations étroites avec les chefs militaires du Mali et de la Guinée et qu’il était en contact régulier avec eux », a déclaré un ancien responsable. “En fait, nous pensions à l’époque que le dirigeant du Mali, qui s’est rapproché de la Russie, était celui qui lui avait suggéré de recruter des mercenaires russes au Burkina Faso.”

Daily Beast

Comments

comments

What Next?

Recent Articles