06162021Headline:

Centrafrique: le ressortissant français arrêté bénéficie de la protection consulaire selon RFI

En Centrafrique, les autorités ont annoncé lundi 10 mai avoir arrêté à Bangui un ressortissant français qui détenait à son domicile un important arsenal : des armes de guerre, des munitions, des treillis. De son côté, le Quai d’Orsay annonce exercer sa protection consulaire envers lui.

Selon le procureur général Eric Didier Tambo, cet homme de 55 ans a été appréhendé lundi après-midi par la police. À son domicile, les policiers ont, toujours selon le procureur, découvert des armes de guerre, des munitions de tous calibres, des treillis, des rangers, des téléphones ou encore des gilets pare-balles. Les images de cet important arsenal tournent depuis lundi soir en boucle sur les réseaux sociaux, des images parfois accompagnées de la photo d’un homme les mains attachées dans le dos présenté comme la personne interpellée.

L’homme arrêté, qui a déclaré au procureur être retraité de l’armée française, avait par le passé travaillé ponctuellement comme garde du corps dans plusieurs organisations, selon des sources humanitaires jointes par l’AFP. Sitôt appréhendé, il a été placé en garde à vue à l’OCRB, l’Office central de répression du banditisme. Le ministère français des Affaires étrangères a annoncé ce mercredi 12 mai exercer sa protection consulaire envers lui « comme elle le ferait à l’égard de tout ressortissant français ».

Paris déplore l’« instrumentalisation » de l’arrestation
L’information de son arrestation a été rapidement relayé par Valery Zakharov, le très influent conseiller russe du président Touadéra à la sécurité intérieure : « Un citoyen étranger a été détenu à Bangui aujourd’hui avec une énorme quantité d’armes et de munitions », a-t-il écrit sur son compte Twitter. Avant d’ajouter,« une enquête est en cours et les circonstances sont à clarifier ».

De son côté, le Quai d’Orsay dit par ailleurs « déplorer l’instrumentalisation manifeste de cette arrestation et relever que les informations personnelles de cette personne ont été immédiatement rendues publiques par le biais de réseaux de désinformation liés à la promotion d’intérêts bien identifiés qui sont habitués à viser la présence et l’action de la France en République centrafricaine »

RFI

Comments

comments

What Next?

Recent Articles