05212022Headline:

Guerre en Ukraine: les autorités soudanaises sortent du silence

Après cinq jours de silence sur l’invasion russe de l’Ukraine, l’exécutif soudanais a enfin exprimé son point de vue lundi.

Officiellement, le Soudan se contente de promouvoir « le dialogue » pour résoudre la crise. Rappelons que le numéro 2 de la junte, le général Mohamed Hamdan Dagalo, dit Hemeti, en visite officielle à Moscou au premier jour de la guerre, avait pour sa part évoqué « le droit » de la Russie à « défendre son peuple ». Une position qui n’avait pas été reprise par son chef, le général Abdel Fattah al-Burhan, resté silencieux depuis la semaine dernière.

Pendant le séjour de Hemeti à Moscou, la junte militaire soudanaise s’était bien gardée de prendre position sur la guerre en Ukraine. Les enjeux militaires et économiques, pour le Soudan, sont en effet importants, tant le pays est isolé depuis le coup d’État du 25 octobre.

« Le Soudan appelle à une solution diplomatique »
Mais lundi, après le retour de son vice-président, le Conseil souverain s’est réuni pour évoquer collectivement la situation. Et à l’issue de la réunion, sa porte-parole, Salma Abdel-Jabbar, a fait savoir que le Soudan était donc « en faveur du dialogue comme moyen de résoudre la crise entre la Russie et l’Ukraine ». « Le Soudan appelle à une solution diplomatique, a-t-elle ajouté, et soutient les efforts en cours entre les deux pays. »

L’exécutif soudanais avait été mis sous pression, dimanche, par les représentants de l’Union européenne et de la Troïka, qui lui avaient publiquement demandé de condamner l’agression russe au cours de la réunion de l’Assemblée générale des Nations unies qui s’est ouverte lundi. Et les manifestants, qui ont pris la rue une fois de plus lundi, ne s’y sont pas trompés, en arborant des pancartes et des drapeaux en soutien à l’Ukraine.

C’est donc une position en demi-teinte qu’a pris Khartoum, à l’image de la position illustrée par l’abstention du Soudan, lundi à Genève, à la demande d’une réunion d’urgence du Conseil des droits de l’homme de l’ONU.

Melv

Comments

comments

What Next?

Recent Articles