05122021Headline:

Guinée équatoriale: une autre attaque dans le golfe de guinée, deux navires visées

Un pétrolier transportant du carburant pour Total et un thonier chinois ont été détournés avec leur équipage dans le Golfe de Guinée, épicentre mondial de la piraterie, ont annoncé mercredi la Guinée équatoriale et une société de surveillance maritime.
Le Maria E et le Maersk Cardiff
Le Maria E et le Maersk Cardiff
Le Maria E et le Maersk Cardiff

Détournement d’un bateau de pêche chinois
Les attaques de navires de commerce pour kidnapper les équipages et les échanger contre rançons sont devenues fréquentes ces dernières années dans le Golfe de Guinée, perpétrées principalement par des pirates nigérians.

Un navire de pêche chinois, le Lianpengyu 809, sous pavillon gabonais, a d’abord été abordé dimanche par des hommes armés arrivés à bord de vedettes rapides au large de Port-Gentil (Gabon), indique Dryad Global, un consultant spécialisé dans la sécurité maritime sur son site Internet.

L’équipage de 14 personnes, composé de Chinois, d’Indonésiens et de Gabonais, était toujours à bord mercredi, et le thonier a été repéré à 110 kilomètres de l’île nigériane de Bonny.

Un pétrolier attaqué
Selon Dryad Global, le Lianpengyu 809 a servi ces derniers jours de « bateau-mère » aux pirates pour attaquer des pétroliers dans la zone, dont le Maria E, un pétrolier de 121 mètres sous pavillon panaméen naviguant pour le français Total, qui a été attaqué mardi, au nord-ouest de Sao-Tomé-et-Principe. Les pirates nigérians utilisent des bateaux-mère lorsqu’ils sont trop loin de leurs bases, dans le delta du Niger.

« Tous les membres de l’équipage se sont réfugiés dans la citadelle », une pièce blindée dont sont dotés certains navires, a indiqué Dryad Global mardi, ajoutant que cette situation perdurait mercredi, sans préciser ni le nombre ni la nationalité des marins. Mercredi, le Maria E se trouvait « dans le voisinage du Lianpengyu », selon Dryad Global.

L’attaque du pétrolier de Total, le Maria E, a été confirmée par la Guinée équatoriale. « La compagnie Total Guinée Equatoriale nous a informés que le pétrolier Maria E, qui transportait des hydrocarbures raffinés pour Total GE a été détourné par des pirates dans le golfe de Guinée », a annoncé le ministère équato-guinéen des Hydrocarbures dans un communiqué daté de mardi, mais publié mercredi.

Le détournement « étant toujours en cours », Malabo anticipe une pénurie et a annoncé un rationnement de l’essence dans toutes les stations Total du pays « jusqu’à l’arrivée d’un prochain navire », d’après le ministère.

Il est possible que ces pirates soient à l’origine d’une autre attaque survenue samedi 6 février contre le Sea Phantom, un chimiquier de 128 mètres. Le patrouilleurs camerounais Dipikar (ex-Grèbe de la Marine française) et la frégate équato-guinéenne Wele Nzas étaient alors intervenus, ainsi qu’un hélicoptère équato-guinéen, mettant en fuite huit pirates ; l’équipage a été retrouvé sain et sauf, réfugié dans la citadelle.

Lundi matin, le Seaking, un pétrolier de 333 mètres, avait repéré une embarcation à 74 milles au sud-ouest de Port-Gentil. Les assaillants ont pu s’accoler au navire et ont tenté d’embarquer à l’aide d’échelles. Le capitaine a alors entrepris des manœuvres d’évasion qui les ont fait fuir.

Plus tard dans la journée, le Madrid Spirit, un méthanier de la compagnie Teekay, a été attaqué plus à l’ouest, au sud de Sao-Tomé. Des coups de feu ont été tirés dans sa direction mais l’attaque a avorté au bout de 45 minutes.

Plusieurs attaques en janvier
D’autres attaques ont également eu lieu en janvier ; dans la nuit du 13 au 14, d’après des sources maritimes, des pirates à bord d’une petite embarcation se sont approchés d’un porte-conteneurs de 250 mètres appartenant à la compagnie danoise Maersk, le Cardiff, en lui tirant dessus. L’équipage s’est réfugié dans la citadelle et les pirates ont abandonné l’attaque.

Le 23 janvier dernier, 15 marins de nationalité turque ont été kidnappés sur un porte-conteneurs turc, le Mozart, au large du Nigéria ; les pirates ont percé la citadelle, probablement avec des explosifs, et s’en sont pris violemment à l’équipage. L’attaque a fait un mort, l’ingénieur en second du bord, de nationalité azerbaïdjanaise.

Trois marins sont restés à bord après l’attaque, dont le quatrième capitaine du navire, Furkan Yaren, blessé à la jambe, et un autre marin touché par des éclats à l’estomac.

À trois, ils ont pu conduire le porte-conteneurs jusqu’à Port-Gentil, au Gabon, comme l’a raconté Furkan Yaren sur le compte Twitter d’un ami : « Je ne sais pas où je vais. Les pirates ont démonté tous les câbles, rien ne fonctionne. Nous avons survécu, ils ont kidnappé nos amis en les battant. Seul le système de navigation fonctionne. Ils m’ont donné un itinéraire, j’avance en conséquence. Nous essayons d’amener le navire dans un endroit sûr. »

Des incidents en hausse
Le nombre d’actes de piraterie sur des navires a augmenté de 20 % en 2020, entraîné par la hausse record des enlèvements dans le Golfe de Guinée, selon un rapport du Bureau international maritime (BIM).

Sur 135 marins enlevés dans le monde, 130 l’ont été en 2020 dans ce golfe qui s’étend du Sénégal à l’Angola, selon le Bureau international maritime, qui précise que les pirates sont passés des attaques pour vol dans les navires aux enlèvements de marins contre rançon, plus lucratifs.

actunautique

Comments

comments

What Next?

Recent Articles