04172021Headline:

Guinée: lutte contre le 3ème mandat d’alpha condé, multiples arrestations

Tandis que les condamnations se succèdent, et alors que la France et l’Union européenne ont haussé le ton sur la détention « hors procédures judiciaires » d’opposants, Alpha Condé a instauré un cadre de dialogue politique et social.

Interpellé le 29 septembre et détenu depuis à la Maison centrale de Conakry, Oumar Sylla – alias Foniké Menguè – a été fixé sur son sort, ce jeudi. Le Tribunal de première instance de Mafanco, dans la banlieue sud de la capitale guinéenne, l’a condamné à onze mois de prison ferme. Le responsable de la mobilisation du Front national pour la défense de la Constitution (FNDC) était poursuivi pour « participation délictueuse à un attroupement ». Infraction finalement requalifiée en « provocation d’un attroupement non armé ».

Lors de l’audience qui s’est tenue le 11 janvier, Oumar Sylla avait plaidé l’innocence, soutenant avoir été arrêté alors qu’il circulait en moto. « Je ne peux pas organiser seul un attroupement », avait-il notamment argué. Pour Sylla et ses avocats, ses ennuis judiciaires n’ont qu’une seule explication : son opposition tranchée à un troisième mandat du président Alpha Condé. « Cette sentence ne changera pas mon engagement : je continuerai la lutte contre le troisième mandat d’Alpha Condé même en prison », a-t-il lancé après sa condamnation. « Nous nous attendions à une relaxe pure et simple plutôt que cette requalification, a pour sa part regretté Me Souleymane Baldé, son avocat. Nous ne sommes pas satisfaits de la décision et allons développer nos moyens de défense au niveau de la Cour d’appel ».

Lire la suite

jeuneafrique

Comments

comments

What Next?

Recent Articles