05262022Headline:

Mali: la France accusée de tentative de putsch contre l’équipe dirigeante du pays

Le Premier ministre malien Choguel Maiga a indiqué que la France se transforme en un terroriste contre le gouvernement de la transition au Mali et tente de le renverser par tous les moyens. Une déclaration qui intervient sur fond de vives tensions entre Paris et Bamako.

Les tensions politiques entre la France et le Mali ne sont prêtes de connaître leur épilogue. Mercredi, lors d’un entretien avec l’agence de presse turque Anadolu, le Premier ministre malien n’a pas mâché ses mots pour décrire l’attitude de la France envers son pays et envers le gouvernement qu’il dirige. Il a accusé la France de terrorisme et de tentative de putsch contre l’équipe dirigeante du pays.

« Aujourd’hui, les autorités françaises exercent un véritable terrorisme politique, médiatique et diplomatique contre notre gouvernement avec l’objectif de le renverser », a déclaré Choguel Maiga. Cette déclaration fait suite au fait que Paris s’en prend régulièrement au gouvernement malien après que ce dernier a refusé de se précipiter dans l’organisation d’élections sans régler en partie le problème de la sécurité dans un pays où le territoire est ravagé à 80% par une insurrection islamiste.

Dans le même temps, le PM s’en prend également à la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’ouest (CEDEAO) et ne comprend toujours pas le timing de leurs sanctions contre le Mali. « Ce que nous avons dit aux pays de la CEDEAO, c’est qu’on ne comprend pas que c’est au moment où nous engrangeons des résultats importants dans la lutte contre le terrorisme qu’on vient nous poignarder ; et de faire attention parce que la déstabilisation du gouvernement, donc de l’Etat malien, peut conduire à des conséquences auxquelles ils ne s’attendent pas », a martelé Choguel Maiga.

L’homme politique résume son propos en faisant le point sur les aspirations du gouvernement et ce qui ferait que le Mali entretiendrait à nouveau, de bonnes relations avec ses partenaires. « Nous voulons défendre les citoyens maliens et leurs bien, nous voulons qu’on respecte notre souveraineté, qu’on respecte la dignité de nos peuples et la liberté de choisir ses partenaires y compris en matière de défense et de sécurité, que ça soit les russes ou tout autres partenaires qui nous donnent satisfaction », a martelé le PM malien.

Melv

Comments

comments

What Next?

Recent Articles