05162022Headline:

Mali: le pays rend un dernier hommage à l’ex-président Ibrahim Boubacar Keïta

Le Mali a débuté un deuil national de trois jours ce vendredi 21 janvier, jour des obsèques de l’ancien président Ibrahim Boubacar Keïta, décédé dimanche dernier. Une journée en deux parties, avec le matin une cérémonie d’hommage et l’inhumation dans l’après-midi.

Le camp A du génie militaire était paré, ce vendredi matin, des couleurs maliennes avec de larges bandeaux noirs, en signe de deuil et sur la place d’Armes, les FAMa au garde-à-vous. La dépouille d’Ibrahim Boubacar Keïta est arrivée, portée par six soldats.

Des invités de marque pour cette cérémonie sont venus rendre un dernier hommage au président Keïta. Il y avait là ses compagnons de route – anciens ministres et Premier ministre – et son fils Boubacar Keïta. Les autorités de transition étaient aussi présentes. Si le colonel Goïta n’a pas fait le déplacement, il a été représenté par le Premier ministre Choguel Maïga. Les militaires ont précipité la chute de l’ancien président, mais les morts ont toutes les vertus. L’heure est donc au recueillement et à la concorde.

En revanche, si l’ambassadeur de France et celui de Russie étaient présents, les délégations de la Cédéao, un temps annoncées, n’ont pas fait le déplacement à Bamako. L’hommage à IBK ne sera donc pas l’occasion d’un événement politique. Pas de réunion de famille entre pays de la sous-région ; pas de possibilité, à l’occasion de ce deuil, d’évoquer une sortie de l’embargo qui frappe le Mali et une reprise du processus électoral, le retour de la démocratie au Mali à laquelle le président Keïta était très attaché.

Inhumation dans l’après-midi
Deuxième temps fort de cette journée : l’inhumation, à son domicile, dans la capitale malienne de l’ancien président. Déjà plus d’un millier de personnes étaient déjà sur place dans l’après-midi. Deux bus bondés sont arrivés de l’intérieur du pays et des tentes ont été dressées. Parmi les personnalités présentes : Alioune Nouhoum Diallo, l’ancien président de l’Assemblée nationale.

Avant l’inhumation proprement dite, il y aura une cérémonie de prière dans une mosquée. En attendant, à son domicile, des témoignages de fidélité, générosité et un mot pour le Mali. Ce sont les mots qui reviennent le plus, pour qualifier l’homme qui a dirigé le Mali de 2013 à 2020.

Melv

Comments

comments

What Next?

Recent Articles