10162021Headline:

Mali: selon le ministres des affaires étrangères russe, le Mali a demandé l’aide des mercenaires de Wagner

NATIONS UNIES (Reuters) – Les autorités maliennes ont sollicité le soutien de la société de sécurité privée russe Wagner pour lutter contre les groupes terroristes, a déclaré samedi le ministre russe des Affaires étrangères.

Reuters a révélé il y a deux semaines que les autorités de Bamako étaient proches de conclure un accord avec Wagner, portant sur l’envoi d’environ un millier de mercenaires pour former les militaires maliens.

Sergueï Lavrov a précisé pendant une conférence de presse à New York que le gouvernement russe, qui a toujours nié tout lien avec Wagner, n’était pas impliqué dans ce rapprochement.

“Les autorités maliennes se sont tournées vers une société militaire russe privée parce que, si je comprends bien, la France veut réduire considérablement son contingent qui était sensé lutter contre le terrorisme dans le Nord”, a déclaré le chef de la diplomatie russe.

“Mais ils (les Français) n’ont rien fait et ce sont les terroristes qui mènent la danse”, a poursuivi Sergueï Lavrov, qui s’exprimait en marge de l’Assemblée générale des Nations unies.

“Nous (le gouvernement russe) n’avons rien à voir avec ça. Cette activité est exercée sur des bases légales entre un gouvernement légitime et une société privée”, a-t-il ajouté à propos d’un éventuel contrat entre Bamako et Wagner.

Le Premier ministre malien Choguel Maïga a implicitement confirmé cette démarche à la tribune des Nations unies, mettant en cause la détérioration de la situation sécuritaire dans son pays et la transformation de l’opération Barkhane annoncée par le président français Emmanuel Macron, décidée sans consultation ni concertation avec Bamako selon lui.

LE PREMIER MINISTRE MALIEN CHARGE LA FRANCE

“La nouvelle situation née de la fin de l’opération Barkhane, plaçant le Mali devant le fait accompli et l’exposant à une espèce d’abandon en plein vol, nous conduit à explorer les voies et moyens pour mieux assurer la sécurité de manière autonome ou avec d’autres partenaires”, a déclaré le chef du gouvernement intérimaire.

Appelant les Nations unies à confier à leur mission au Mali (Minusma) à adopter une “posture plus offensive sur le terrain”, Choguel Maïga a parallèlement confirmé l’engagement de son pays au sein du G5 Sahel.

La déclaration de Sergueï Lavrov intervient moins de deux jours après s’être entretenu à New York avec son homologue français Jean-Yves Le Drian, qui l’a mis en garde contre les “conséquences graves d’une implication du groupe Wagner” au Mali, selon le Quai d’Orsay.

Il y a une semaine, c’est la ministre française des Armées, Florence Parly, qui s’était rendue à Bamako pour tenter de dissuader la junte malienne de faire appel aux mercenaires russes, prévenant qu’un tel arrangement serait “incompatible” avec le maintien de la présence militaire française au Mali.

“Le Mali créerait, s’il prenait cette décision, une grave incompatibilité entre d’un côté, le soutien puissant de la communauté internationale, et de l’autre, le recours à des mercenaires. L’une et l’autre ne peuvent cohabiter”, a répété Florence Parly dans une interview publiée vendredi par Le Monde.

Contacté samedi par Reuters, le ministère des Armées n’a pas souhaité faire de commentaire.

Melv Le Sage

Comments

comments

What Next?

Recent Articles