06142021Headline:

Ouganda: des soldats encerclent le domicile de bobi wine après son vote

Le leader de l’opposition ougandaise Bobi Wine a appelé dimanche la communauté internationale à réclamer la levée de son “assignation à résidence”, au lendemain de l’annonce des résultats contestés de l’élection présidentielle qui a reconduit le président Yoweri Museveni pour un sixième mandat.
Deuxième du scrutin avec 34,8%, l’ancien chanteur de ragga lancé en politique – Robert Kyagulanyi de son vrai nom – assure que le scrutin a été entaché de fraudes et constitue une “mascarade complète”.

Il n’a pas quitté sa maison de Kampala depuis qu’il est allé voter jeudi et assure qu’il est “assiégé” par les soldats et la police qui ont encerclé sa maison, empêchant quiconque d’entrer ou de sortir.

“Nous sommes là, nous n’avons plus de nourriture et personne n’est autorisé à entrer ou sortir”, a-t-il déclaré lors d’un échange avec des journalistes via Zoom sur une ligne “clandestine” grésillante, alors que l’Ouganda reste sous un black-out internet pour le cinquième jour. “Nous n’avons été accusés de rien”, a-t-il ajouté.

Bobi Wine, 38 ans, affirme avoir des vidéos de bourrages d’urnes, de soldats forçant le choix des électeurs ou de bulletins de vote pré-cochés. Le black-out internet empêche ses avocats de lancer une procédure judiciaire, a-t-il dit.

Il a appelé à des sanctions internationales contre le président Museveni, à la libération de prisonniers politiques, au rétablissement d’internet, à un audit international sur l’élection et à ce que “toutes les nations revoient leurs relations avec l’Ouganda”.

Même s’il n’a pu rencontrer les responsables de son parti pour décider de la suite, il a affirmé qu’ils mettaient sur la table “toutes les options non-violentes, légales et constitutionnelles, y compris des manifestations légales et pacifiques”.

“Profondément troublé”

Le président Museveni, 76 ans, a affirmé qu’il s’agissait de l’élection la plus propre de l’histoire du pays.

Le parti de Bobi Wine, la Plateforme de l’unité nationale (NUP), avait indiqué plus tôt que le député Francis Zaake, arrêté vendredi lors d’une tentative de visite au domicile de l’opposant, a été admis à l’hôpital après avoir été “sévèrement battu et brutalisé” par les forces de sécurité.

“Une fois de plus, une clique minoritaire s’impose à la majorité de l’Ouganda. Nous allons résister à cette situation. Nous allons dire non en utilisant tous les moyens prévus par la loi”, a déclaré lors d’une conférence de presse le porte-parole de la NUP, Joël Ssenyonyi.

L’accès à internet en Ouganda pourrait être rétabli lundi matin, selon un porte-parole du gouvernement, Ofwono Opondo. Selon lui, internet a été “instrumentalisé” par des personnes menaçant le pays “de désinformation, de fake news”, ce qui risquait de “fragiliser l’intégrité du processus électoral et des résultats”.

Ancien guérillero, d’abord applaudi comme un dirigeant moderne après les horreurs des régimes d’Idi Amin Dada et Milton Obote, M. Museveni s’est progressivement mué en président autoritaire, écrasant toute opposition. Son parti hégémonique, le Mouvement de Résistance nationale, a modifié deux fois la Constitution pour lui permettre de rester au pouvoir.

Washington s’est dit “profondément troublé” par “les nombreuses informations crédibles faisant état de violence des forces de l’ordre pendant la période pré-électorale et d’irrégularités pendant le scrutin”, dans un communiqué du département d’Etat américain publié dans la nuit.

beninweb.tv

Comments

comments

What Next?

Recent Articles