05272022Headline:

Guinée: les cuisiniers sénégalais très prisés

À Conakry, la diaspora sénégalaise est très présente et se retrouve dans un secteur économique en particulier : la restauration. Réputés pour leur tiep, leur riz qu’on accommode avec du poisson, de la viande ou du poulet, les cuisiniers sénégalais sont très prisés.

En Guinée, on ne dit pas tiep mais on parle de riz gras. Et les Sénégalais en sont les experts « parce que c’est leur plat national, c’est leur spécialité », souligne Mariama Diouldé Sow, qui dirige le restaurant. Le soleil, fait de quelques tables et chaises en plastique disposées sur un trottoir. « J’ai parlé à un ami qui était au Sénégal. Je lui ai dit “je viens de monter un restaurant de plein air et les gens demandent beaucoup le riz gras, je suis à la recherche d’un cuisinier, essaie de m’en trouver un” », dit-elle.

Et c’est comme ça qu’Abdou Salam Sow, 35 ans, a été recruté à distance. Il vient de Thiès, grande ville à 70 kilomètres de Dakar. Ça fait plus de 3 mois qu’il est à Conakry, encore en période de rodage. « Je prépare ce que la gérante demande parce qu’elle connaît mieux que moi la culture guinéenne. Elle est toujours derrière moi et m’aiguille. », indique Abdou Salam Sow.

Difficile de mettre de côté, avec le franc guinéen très faible et un salaire peu élevé. Ce n’est pas ça qu’il est venu chercher en Guinée. « Tu sais pourquoi les Sénégalais partent à l’étranger ? Parce que nous on a beaucoup d’écoles de formation par rapport à ici par exemple, mais c’est difficile de trouver du boulot au pays », explique-t-il. Alors les cuisiniers tentent leur chance là où leur professionnalisme pourra leur conférer un atout certain sur le marché de l’emploi local.

Des restaurants de plus en plus prisés
Nous laissons Abdou Salam Sow en pleine préparation du café Touba, une autre spécialité sénégalaise très appréciée des Guinéens. En centre-ville, à Kaloum, le Keur Bamba est tenu par l’une des pionnières du riz gras en Guinée, Fatou Seck. « Ce restaurant a été créé en 1992 et, à l’époque, il y avait quelques restaurants sénégalais, où l’on préparait le riz gras. Maintenant, tu en vois partout », constate Fatou Seck.

La Sénégalaise originaire de Saint-Louis est l’une des plus anciennes restauratrices à proposer ce plat sur sa carte. Quand ses concurrents embauchent des Sénégalais, elle a formé une équipe 100 % guinéenne. « Il y a un jeune qui travaille avec moi, qui prépare le riz gras suivant ma recette. Il le fait très bien. Il est avec moi depuis longtemps, ça fait presque 20 ans. Le jour où je vais quitter la Guinée, je voudrais laisser une trace, je ne voudrais pas que ce patrimoine disparaisse », espère-t-elle.

Fatou Seck a ouvert la voie à d’autres. Elle a certainement contribué à la renommée des cuisiniers sénégalais en Guinée.

Melv

Comments

comments

What Next?

Recent Articles