10252021Headline:

Faits de vie: quand le milliardaire Femi Otedola plonge tout le monde dans le social par son message très émouvant

Lorsque le milliardaire Femi Otedola, lors d’un entretien téléphonique, a été interrogé par le présentateur de radio : « Monsieur, de quoi pouvez-vous vous souvenir qui a fait de vous l’homme le plus heureux de la vie ? »
Femi a dit : “J’ai traversé quatre étapes de bonheur dans la vie, et j’ai finalement compris le sens du vrai bonheur.”

  • La première étape consistait à accumuler des richesses et des moyens. Mais à ce stade, je n’ai pas eu le bonheur que je voulais.
  • Puis vint la deuxième étape de la collecte des objets de valeur et des choses. Mais j’ai réalisé que l’effet de cette chose est également temporaire et que l’éclat des objets de valeur ne dure pas longtemps.
  • Puis vint la troisième étape de l’obtention de grands projets. C’était à l’époque où je détenais 95 % de l’approvisionnement en diesel au Nigeria et en Afrique. J’étais aussi le plus grand armateur d’Afrique et d’Asie. Mais même ici, je n’ai pas eu le bonheur que j’avais imaginé.
  • La quatrième étape était le moment où un de mes amis m’a demandé d’acheter un fauteuil roulant pour certains enfants handicapés. Environ 200 enfants.
    À la demande d’un ami, j’ai immédiatement acheté les fauteuils roulants.
    Mais l’ami a insisté pour que j’aille avec lui, et que je remette les fauteuils roulants aux enfants. Je me suis préparé et je suis allé avec lui.
    Là, j’ai donné ces fauteuils roulants à ces enfants de mes propres mains.
    J’ai vu l’étrange lueur de bonheur sur les visages de ces enfants.
    Je les ai tous vus assis sur des fauteuils roulants, se déplaçant et s’amusant.
    C’était comme s’ils étaient arrivés à un endroit de pique-nique où ils se partagent un jackpot.
    J’ai ressenti une VRAIE joie en moi.
    Quand j’ai décidé de partir, l’un des enfants m’a attrapé les jambes. J’ai essayé de libérer mes jambes doucement mais l’enfant a regardé mon visage et a tenu fermement mes jambes.
    Je me suis penché et j’ai demandé à l’enfant : “Avez-vous besoin d’autre chose ?”
    La réponse que cet enfant m’a donnée m’a non seulement rendu heureux, mais a aussi complètement changé mon attitude envers la vie.
    Cet enfant a dit :
    “Je veux me souvenir de ton visage pour que lorsque je te rencontrerai au paradis, je pourrai te reconnaître et te remercier encore une fois”.
    — POSONS TOUJOURS DE BONS ACTES, SOYONS BONS ET COMPATISSANTS, SOYONS D’UNE GÉNÉROSITÉ SINCÈRE À L’ÉGARD DE MOINS FAVORISÉS QUE NOUS, DES ACTES QUI PLAISENT À NOTRE DIEU, SI NOUS ESPÉRONS UN QUELCONQUE VRAI BONHEUR DANS NOS VIES…

Melv Le Sage

Comments

comments

What Next?

Recent Articles