08092022Headline:

Allemagne: le G7 s’achève sur les enjeux de l’invasion russe en Ukraine

C’est la fin du sommet du G7 en Allemagne, avec en point d’orgue la guerre en Ukraine. Les pays parmi les plus riches de la planète veulent afficher leur solidarité avec le pays envahi par la Russie fin février, ils promettent des armes, de l’aide financière et toujours plus de sanctions contre Moscou.

« La Russie ne peut ni ne doit gagner et donc notre soutien à l’Ukraine et nos sanctions contre la Russie se maintiendront aussi longtemps que nécessaire », a affirmé Emmanuel Macron. Plus question pour lui de ménager la susceptibilité de la Russie, et de laisser la porte ouverte au dialogue, explique Daniel Vallot, l’un de nos envoyés spéciaux en Bavière.

Le président français affiche un soutien total à l’Ukraine, à l’unisson avec ses partenaires du G7 : « L’agression lancée par la Russie sur le sol ukrainien a un objectif : la reddition de l’Ukraine. Ça ne s’appelle pas une négociation et donc nous continuerons de sanctionner, de soutenir l’Ukraine et son peuple pour obtenir soit une victoire complète de l’Ukraine, soit la possibilité dans les termes et au moment qui seront choisis par les Ukrainiens de mener la négociation qui sera la leur. »

Crainte pour les céréales
Autre inquiétude des pays du G7 repérée par Daniel Vallot, l’influence de la guerre en Ukraine sur le marché de l’énergie et des céréales. Emmanuel Macron insiste sur ce point : il faut trouver des solutions pour sortir les céréales d’Ukraine, malgré le blocus de la mer Noire. « Les prochaines semaines seront critiques, car le défi est de pouvoir libérer ces volumes pour aller vers les pays qui en ont le plus besoin et avant qu’il n’y ait une nouvelle récolte et que là les moissons n’arrivent en Ukraine, qui nécessiteront d’utiliser à plein ses capacités de stockage. »

Pour parer à la crise alimentaire qui se profile, les pays du G7 demandent aux pays exportateurs de ne pas conserver leurs stocks et s’engagent à financer à hauteur de 14 milliards de dollars cette année la lutte contre l’insécurité alimentaire.

Messages d’unité
Les pays membres de l’Alliance atlantique doivent maintenir le cap de la solidarité avec l’Ukraine et de la cohésion face à la Russie, a également déclaré le président français avant de quitter la Bavière pour s’envoler vers l’Espagne où est organisé ce sommet de l’Otan.

Emmanuel Macron s’exprime sur le sommet de l’Otan à venir
OTAN _Son Emmanuel Macron Ukraine OTAN MATIN

Autre enjeu pour le G7, montrer qu’il n’exclut pas les autres pays. Le chancelier allemand Olaf Scholz a lui aussi tiré un bilan du sommet et insiste sur le fait que les sept pays les plus industrialisés du monde ne sont pas restés un club exclusif.

Selon lui, ils ont montré, en invitant différents pays du Sud, que les démocraties sont unies et agissent en commun : « Les pays du G7 agissent unis comme dans le cas de l’invasion russe en Ukraine (…) Mais il est aussi important de se coordonner avec le reste du monde. C’est la raison pour laquelle nous avons invité ici des partenaires, l’Indonésie et l’Inde, qui dirigent le G20 cette année et l’an prochain, mais aussi l’Afrique du Sud, le Sénégal et l’Argentine. Il s’agit d’un des signaux les plus forts de ce sommet : les démocraties à travers le monde, pas seulement les pays du G7, sont solidaires. »

Melv

Comments

comments

What Next?

Recent Articles