06302022Headline:

Guerre en Ukraine: l’Otan doute d’une réduction des offensives russes

Le secrétaire général de l’Otan Jens Stoltenberg a présenté ce jeudi 30 mars son rapport annuel et il met en doute la volonté russe de réduire la pression militaire dans certaines régions. Selon lui, au contraire, c’est le prélude d’une nouvelle offensive.

L’affirmation russe qu’un relâchement de la pression militaire aurait lieu dans les régions de Kiev et de Tchernihiv pourrait n’être qu’un mensonge de plus, selon l’Otan. Le secrétaire-général Jens Stoltenberg estime qu’en réalité les unités russes ne se retirent pas, mais se regroupent et se réapprovisionnent afin de renforcer leur offensive dans la région du Donbass.

« La Russie repositionne une partie de ses troupes, très probablement pour augmenter ses efforts dans la région du Donbass. Nous devons donc juger la Russie sur ses actions et non sur sa parole et il reste à voir s’il y a réellement une volonté de la Russie de trouver une solution politique », explique Jens Stoltenberg, qui affirme que l’on peut s’attendre à de nouvelles offensives.

« Bien sûr, il y a un lien étroit entre ce qui se passe sur le champ de bataille et ce qui se passe autour de la table de négociation. Et les alliés apportent leur soutien matériel à l’Ukraine afin aussi de renforcer sa position à la table des négociations », ajoute-t-il au micro de RFI.

L’aide militaire des pays membres de l’Otan à l’Ukraine consiste à lui fournir des armements classés comme offensifs même s’il peut s’agir de systèmes de missiles antiaériens ou anti-navires. Le président Volodymyr Zelensky continue à plaider pour une intervention plus directe. Il a demandé à nouveau la mise en place d’une zone d’exclusion aérienne lors d’une visioconférence ce mercredi devant le Parlement belge.

Melv

Comments

comments

What Next?

Recent Articles