06282022Headline:

Interrogatoires, fouilles à nu, brimades… Le calvaire des “camps de filtration” russes en Ukraine.

Peu de temps après le début de la guerre en Ukraine, fin février, des “camps de filtration” tenus par des Russes sont apparus à l’est du territoire. Officiellement, ces centres de détention permettent aux Russes de traquer les “nationalistes ukrainiens”. Dans les faits, les milliers de civils qui y transitent sont soumis à des interrogatoires, des fouilles à nu, et pire encore. 

Tomber de Charybde en Scylla. À peine sont-ils parvenus à fuir les bombardements et les sièges de leur ville, que certains Ukrainiens sont dirigés dans des “camps de filtration” russes. Au moins treize de ces centres de rétention sont actuellement en activité, selon l’ONG Human Rights Watch (HRW), situés principalement dans l’est du pays, autour des villes de Novoazovsk, Dokoutchaïevsk, Starobecheve, Bezimenne et Kazatske. “Les hommes y sont rassemblés et filtrés”, assure Tanya Lokshina, directrice associée Europe et Asie centrale de Humans Rights Watch.  

Vitaly est l’un d’entre eux. Cherchant à fuir les bombes avec sa femme et sa fille d’un an, début avril, il profite d’un bus mis à disposition par les forces russes pour s’échapper de Marioupol, dans l’est de l’Ukraine. Ce véhicule se dirige vers Nikolske, une petite ville industrielle contrôlée par les forces pro-russes à environ 20 kilomètres au nord-ouest de la cité portuaire assiégée. Mais une fois la famille arrivée, les hommes sont vite séparés des femmes et envoyés vers une caravane pour être soumis à des fouilles. Ou plutôt “filtrés”, comme l’affirment les forces russes qui les gardent. 

Comments

comments

What Next?

Recent Articles