08092022Headline:

Ukraine: Kiev bombardée à l’ouverture du sommet du G7

Quatre explosions ont été entendues à Kiev tôt dimanche matin, touchant un immeuble résidentiel proche du centre de la capitale. Une personne est décédée et quatre ont été blessés. Cette frappe russe avait pour objectif d’« intimider les Ukrainiens » à l’approche du sommet de l’Otan du 28 au 30 juin à Madrid, selon le maire de la capitale ukrainienne, Vitaly Klitschko.

Quatre explosions ont été entendues à Kiev tôt dimanche matin, touchant un immeuble résidentiel proche du centre de la capitale. « À la suite d’un bombardement ennemi, un incendie s’est déclaré dans un immeuble de neuf étages », a indiqué sur la messagerie Telegram le service d’État pour les situations d’urgence. Les trois derniers étages de l’immeuble en feu et sa cage d’escalier complètement détruite, alors que la police a bouclé le quartier.

Les déflagrations se sont produites vers 06h30 (03h30 TU), une demi-heure après le déclenchement de sirènes anti-aériennes dans la capitale. « Un missile a été abattu par la défense anti-aérienne dans la région de Kiev, les débris sont tombés sur un village », a indiqué le gouverneur de la région de Kiev, Oleksiï Kouleba, sur Telegram, ajoutant que « l’ennemi avait frappé la capitale ». Un député ukrainien, Oleksiï Gontcharenko a affirmé sur Telegram que les Russes avaient tiré 14 missiles sur Kiev et sa région dans la matinée.

Une intimidation à l’approche du sommet de l’Otan
« Plusieurs explosions dans le quartier Chevchenkivsky », allant du centre vers le nord-ouest de la capitale, a indiqué sur Telegram le maire de Kiev, Vitaly Klitschko. « Des ambulances et secouristes sont sur place. Dans deux immeubles, le sauvetage et l’évacuation des résidents est en cours », a ajouté le maire. Il s’agit « d’intimider les Ukrainiens […] à l’approche du sommet de l’Otan », a déclaré Vitaly Klitschko qui s’est rendu sur le lieu de l’explosion.

« Le sommet du G7 doit répondre par plus de sanctions contre la Russie et plus d’armes lourdes pour l’Ukraine », a exhorté sur Twitter Dmytro Kuleba, le chef de la diplomatie ukrainienne, appelant à « vaincre l’impérialisme maladif » russe. « Le bombardement de villes ukrainiennes est un message du “clan de Poutine” au G7 : “J’envoie des missiles au centre de Kiev, juste à côté de vos ambassades. Et que ferez-vous ? Refuserez-vous de payer le gaz en rouble ? Ou n’aurez-vous pas besoin de notre pétrole, grain, métal ?” », déclare de son côté Mykhaïlo Podoliak, un conseiller du président ukrainien Volodymyr Zelensky.

Le président américain Joe Biden a jugé dimanche en Allemagne pour le G7 que les nouveaux bombardements sur un quartier de Kiev, proche d’une usine d’armement déjà touché ces dernières semaines, relevaient de la « barbarie ».

« Je me suis réveillé à la première explosion »
De nombreux habitants se trouvaient au pied des immeubles, beaucoup étaient en pleurs. Une femme s’y trouvait en peignoir. « Ça fait trois fois qu’ils bombardent ici. Je me suis réveillé à la première explosion, je suis allé au balcon et j’ai vu des missiles tomber et entendu une explosion énorme, tout a vibré », a indiqué Iouri, un habitant de 38 ans, qui n’a pas voulu donner son nom de famille. Irena, 32 ans est sortie avec son fils Makar de 17 mois. « On est descendus avec notre baluchon d’urgence qui est près de la porte depuis le début de la guerre parce qu’on a dû évacuer », a-t-elle dit.

La précédente frappe russe début juin avait visé une usine à la périphérie de Kiev, faisant un blessé. Fin avril, un autre bombardement russe avait touché la capitale pendant une visite du secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres. Une journaliste ukrainienne de Radio Liberty avait alors été tuée son appartement.

D’autres régions bombardées

Plus tard dans l’après-midi, la Russie a qualifié de «fausses» les affirmations selon lesquelles les frappes russes avaient touché une zone résidentielle de la capitale ukrainienne. Elle a affirmé avoir frappé dimanche une usine de production de missiles à Kiev.

C’est l’usine d’armement Artiom qui, « en tant qu’infrastructure militaire, était la cible », a déclaré le ministère russe de la Défense dans un communiqué, affirmant que les dégâts causés à un immeuble résidentiel voisin étaient dus à un missile ukrainien de défense anti-aérienne.

La Russie a déclaré dimanche avoir aussi frappé trois centres d’entraînement militaires dans le nord et l’ouest de l’Ukraine, dont un situé à proximité de la frontière polonaise. Ces bombardements ont été effectués avec des « armes de haute précision des forces aérospatiales russes et des missiles (de croisière) Kalibr », a indiqué le ministère russe de la Défense dans un communiqué. Parmi les cibles visées figure un centre d’entraînement militaire des forces ukrainiennes dans le district de Starytchi, dans la région de Lviv, à une trentaine de kilomètres de la frontière polonaise.

Melv

Comments

comments

What Next?

Recent Articles