04192021Headline:

Côte d’Ivoire: Kah Zion, candidat malheureux aux législatives passées, adresse ses remerciements à tous

Denis Kah Zion. Secrétaire exécutif du PDCI-RDA, candidat malheureux aux dernières législatives du 6 mars dernier, se dévoile. Le fondateur du quotidien Le Nouveau Réveil, a été candidat de l’opposition. Il a connu des fortunes diverses. Mais, en homme politique, après son échec, il adresse ses remerciements à tous. Nous vous proposons l’intégralité de son adresse.
Le 6 mars 2021, nous étions au scrutin législatif pour la désignation du député de la circonscription de Bakoubly, Méo, Nézobly, Péhé, Tiobly et Toulépleu communes et Sous-préfecture. Candidat, l’honneur était très grand, et il l’est toujours, de défendre les couleurs du PDCI-RDA, mais aussi et surtout de porter vos espoirs de voir notre département de Toulépleu être entendu à l’Assemblée Nationale. Au nom de ces espoirs que j’incarne pour vous, vous m’avez entouré de toute votre énergie, de vos conseils, de vos expertises, de vos vœux, de votre dévouement. Et ce, des mois et des mois avant la date du scrutin. Créant ainsi une confiance inébranlable entre vous et moi, mais aussi un solide pacte avec le peuple du département de Toulépleu.
C’était une aventure, voire un combat à plusieurs facettes connues et inconnues, mais c’était aussi une mission exaltante, une mission des plus nobles, sinon un devoir vis-à-vis de notre peuple de Toulépleu qui, comme le disent les saintes écritures, risquait de « périr, faute de connaissance ». Avec vous autour de moi, derrière moi et devant moi, je me sens fort et ensemble nous nous sommes lancés corps et âmes au service de nos parents. Certes, les résultats du point de vue numérique, n’étaient pas en notre faveur à la dernière minute, mais nous avons fait ce que nous devrions faire. Chacun et chacune de vous a fait ce qui était bon à faire. Vous vous êtes sacrifiés, vous avez donné le meilleur de vous-mêmes pour la réalisation de cette mission. Nous avons réussi un pari : Devant la machine qui avait toutes les faveurs et les moyens colossaux de l’État, nous avons fait très bonne prestation, nous les avons ébranlés au point de les faire douter. Nous sommes sur la bonne voie. Et nous devons poursuivre sur cette lancée.
A nos parents de Toulépleu, ceux qui ont résisté aux appâts et ont voté pour moi, comme ceux qui n’ont pas voté pour moi, je dis un grand merci. Car, en votant pour moi, les uns ont fait une projection ; en ne votant pas pour moi, les autres nous ont donné une leçon.
Aux leaders politiques de notre département, alliés comme adversaires, je dis mes remerciements pour la campagne apaisée que nous avons menée. Nous avons démontré que Toulépleu peut faire la politique autrement. C’est la démocratie apaisée que nous enseigne le président Henri Konan Bédié, président du PDCI-RDA.
Aux alliés dont le GPS sous la houlette de Mme Todé, le Cojep conduit par Eric Tchéhi, l’UDPCI dont le président national Dr Albert Toikeusse Mabri est venu en personne nous soutenir, tous les responsables et militants des autres partis frères qui se sont mobilisés à nos côtés, j’adresse mes vifs remerciements pour leur appui incommensurable à notre lutte. Aux adversaires, je rappelle que la campagne terminée, nous devons nous tendre la main et travailler en toute intelligence pour Toulepleu.
Aux autorités préfectorales, aux forces de l’ordre, aux chefs de services, j’exprime un grand bravo pour le climat fait d’ordre et de quiétude qui a entouré le processus électoral dans notre département.
Aux chefs de canton, chefs de village, de quartiers et chefs de communautés, je dis un grand merci, pour l’encadrement efficient dont ont bénéficié nos staffs en campagne sur le terrain et nos électeurs. Ils ont fait la preuve que nos populations n’ont plus besoin de la politique bestiale qui leur est souvent préjudiciable.
Enfin, aux jeunes, aux femmes, à tous ceux qui ont prêté une oreille attentive à notre message, j’exprime ma profonde gratitude et mon infinie reconnaissance. Ils portent notre rêve commun pour Toulépleu ? Ils nous mettent ainsi en mission et nous n’avons pas le droit de baisser les bras tant que la mission n’est pas accomplie. Ne dit-on pas que tant que la marche n’est pas terminée, les bras n’arrêtent pas de balancer ? Nous avons perdu une élection législative mais nous n’avons pas perdu une lutte politique.
Merci à tous et à toutes. Le meilleur est à venir.

Perle Lola

Comments

comments

What Next?

Recent Articles