01162021Headline:

Politique : la CEI procède à une reforme du processus électoral en Côte d’Ivoire

La Commission électorale indépendante(Cei) a organisé les 2, 3 et 4 décembre 2020, à Abidjan-Cocody, un atelier d’évaluation de l’élection du Président de la République du 31 octobre 2020. Objectif, faire le point de la présidentielle pour mieux organisé les prochaines échéances électorales en Cote d’Ivoire. Ce vendredi 04 novembre, à l’occasion de la cérémonie de clôture, son Président Ibrahime Coulibaly-Kuibiert a déroulé les recommandations pour remédier aux maux et aux entraves opérationnelles.
Sur la question relative au cadre légal et règlementaire, la CEI recommande d’ajuster les dispositions en proposant : la modification de l’article 127 de la constitution, en retenant le délai de 45 jours prescrits par le code électoral de la publication de la liste définitive des candidats à l’élection du président de la république.

L’exemption de la preuve du domicile, de la résidence et l’inscription au rôle des contributions, et de l’immatriculation dans une représentation diplomatique ou consulaire pour les requérants, sollicitant un changement de lieu de vote, dans la même circonscription électorale ; l’annulation du parrainage de l’électeur ayant donné une double signature.

En ce qui concerne les opérations électorales, la CEI a décidé de s’en tenir désormais au respect scrupuleux des dispositions qui encadrent la désignation et le remplacement des représentants des différentes entités siégeant au sein des commissions electorales locales et les CEL-D et les sensibiliser à cet effet ; exiger la justification du financement de l’observation de l’opération pour laquelle, les structures candidates sollicitent une accréditation auprès de la commission électorale indépendante.

Relativement à la logistique et à la sécurisation. L’organe en charge des élection souhaite que soit spécialisé les deux entrepôts en assignant les missions spécifiques à chacun, exécuter le chronogramme tel que défini, par la sous direction de la logistique électorale, améliorer la coordination des déploiements surtout vers l’extérieur à un adressage sérieux.

En matière de Formation, sensibilisation et communication, la CEI veut la responsabilisation des services pour la mise à disposition à temps et en qualité de manuels d’informations ; mettre en place ou institutionnaliser un comité de lecture de courts documents produits et destinés au grand public.

pour ce qui est des opérations financières, la CEI note la nécessité de proposer aux décideurs l’érection de la commission électorale indépendante en institution de la république pour bénéficier d’une autonomie financière totale et d’explorer les pistes pour l’identification des subventions pérennes ; d’opter et de sensibiliser les commissaires locaux, les agents électoraux et les agents recenseurs à se rendre dans les trésoreries générales et les trésoreries principales dans les départements pour recevoir leurs paies en prévoyant une prime de transport pour le déplacement des agents locaux des CEL éloignés des lieux de paie.

Au sujet de la liste électorale, la CEI est unanime sur l’indispensable mise en place d’un mécanisme ou d’une plateforme de collaboration efficiente avec l’office national de l’état civile et de l’identification (ONECI) les ministères en charge de l’administration du territoire et de la justice pour épurer la liste électorale.

Pour clore ses propos, M. Kuibiert a instruit le comité scientifique à élaborer une matrice des recommandations, qui devrait être rapidement mise à disposition, avec si possible un planning de mise en œuvre avec des responsabilités clairement identifiées. Elle devrait être soumise à la commission centrale pour adoption.

Akody

Comments

comments

What Next?

Recent Articles