04172021Headline:

Bouaké: deux jeunes décédés dans un incendie au cours d’un funérailles

Ce sont des évènements tristes qui continuent de susciter des commentaires dans la ville de Bouaké, située au centre de la Côte d’Ivoire et particulièrement au quartier Sopim du secteur Air-France 3.

Tout a commencé par le décès d’un monsieur, un tonton du quartier, il y a quelques jours, le mercredi 10 février 2021.

Seulement, ce tonton était, au regard de la circonstance, sans famille ni proches connus pour prendre en main ses obsèques. Voici donc un gars que tout le monde connaissait bien au quartier mais ses parents n’avaient aucune nouvelle de lui. Lui non plus.

Issu du groupe ethnique Yacouba, selon les suppositions, les voisins et amis du monsieur se rapprochent des responsables de la communauté en question pour qu’ils se chargent des funérailles. Mais il s’avère que le défunt n’est pas connu de la communauté Yacouba.

Les voisins se retrouvent donc avec un corps qu’il faut tout de même ensevelir.

Ils décident donc de se charger des démarches et les cérémonies funèbres. Une cotisation volontaire est faite pour les besoins en la matière. Une équipe est mise sur pied et celle-ci procède aux courses nécessaires.

Les papiers à la mairie et à la morgue vont prendre quelques jours mais à la fin, tout y est. On peut alors fixer le jour de la veillée funèbre et celui de l’enterrement.

Ainsi la veillée a eu lieu la nuit du dimanche 14 février et l’enterrement, le lundi 15 février. Retenez que le monsieur a été enterré dignement.

Au retour du cimetière municipal de la ville, les proches s’activent pour les derniers réglages d’accompagnement du défunt, remerciements, bilan et autres.

La nuit tombé, alors que le comité d’organisation se reposait sous le poids de la fatigue, un incendie va se déclencher au domicile qui a servi pour la veillée.

Cet incendie pour lequel les pompiers ont été alertés, va malheureusement causer la mort de deux (02) membres du comité (des amis proches du défunt), sans compter l’important dégât matériel. L’un est mort calciné et le l’autre a succombé à ses brulures à l’hôpital.

Les pompiers, venus éteindre l’incendie, ont également vu leur véhicule s’engouffrer du fait d’une pluie tombée avant le début de l’incendie. Notez que les causes de l’incendie seraient liées à des branchements anarchiques. Il n y a aucune enquête à ce sujet.

A ce jour, le quartier Sopim pleure trois (03) de ces citoyens. Les habitants se posent des questions sur les causes de ce drame.

Operanews

Comments

comments

What Next?

Recent Articles