04202021Headline:

Côte d’Ivoire : une pétition pour sauver la santé sexuelle et la productivité des Ados lancée

DÉCIDEURS ET DÉCIDEUSES,
IL EST TEMPS DE RESPECTER LES ENGAGEMENTS PRIS POUR LA SANTÉ SEXUELLE ET DE LA REPRODUCTION/ PLANIFICATION FAMILIALE (SSR/PF) DES ADOLESCENT·E·S ET JEUNES EN COTE D’IVOIRE

Monsieur le Ministre de la Santé et de l’Hygiène publique :
Dans le cadre du projet « Ma Réalité[1]» porté par l’AFJCI (Association des Femmes Juristes de Côte d’Ivoire), ASAPSU (Association de Soutien à l’Autopromotion Sanitaire Urbain) et MESSI (Mission des jeunes pour l’Éducation, la Santé, la Solidarité et l’Inclusion) nous vous présentons une pétition pour vous interpeller sur le besoin d’agir afin d’atteindre les engagements pris par l’État de Côte d’Ivoire en matière de Santé Sexuelle et Reproductive/Planification Familiale (SSR/PF) des adolescent·e·s et jeunes.

Nous, les soussigné·e·s, interpellons tout·e·s les décideurs·euses et particulièrement vous, Monsieur le Ministre de la santé, au respect des engagements pris par l’État de Côte d’Ivoire en matière de Santé Sexuelle et Reproductive (SSR) et des droits en matière de Planification Familiale (PF) des adolescent·e·s et jeunes, ainsi que des efforts additionnels et urgents de la part du Gouvernement Ivoirien pour faciliter l’accès des jeunes aux informations et aux services de qualité de SSR/PF.

Nous demandons notamment au Gouvernement de faire le nécessaire pour :

● Atteindre l’objectif FP2020 de la Côte d’Ivoire, qui était de 36% du taux de prévalence contraceptive en 2020 ;
● Faciliter l’accès à des informations et aux services de qualité SSR pour les jeunes ;
● Encourager et faciliter une communication bienveillante et franche autour des SSR pour les jeunes avec leurs familles, leurs communautés, et leurs prestataires de santé.

Le besoin d’agir est urgent !
En Côte d’Ivoire :

  1. Les adolescent·e·s et jeunes de 10 à 24 ans représentent plus d’un tiers de la population ivoirienne.[2]
  2. 30% des jeunes âgé·e·s de 15-24 ans sont sexuellement actifs·ves[3].
  3. Seulement 7% des adolescentes ou des jeunes femmes mariées ou en union libre âgées de 15-19 ans utilisent une méthode moderne de contraception, et seulement 11,5% chez les 20-24 ans[4].
    La question de la précocité des rapports sexuels chez les jeunes et les adolescent·e·s, et un manque de communication et d’information justes sur les droits et services de santé sexuelle et reproductive, entraîne une augmentation des cas de grossesses précoces et/ou non désirées. Cela augmente aussi la morbidité et la mortalité des adolescent·e·s et jeunes, du fait des avortements à risque, des Infections Sexuellement Transmissibles y compris de l’infection au VIH.
    Ces dernières années, la Côte d’Ivoire s’est engagée à plusieurs reprises autour d’objectifs ambitieux pour les DSSR des Ivoirien·ne·s, notamment dans le cadre du partenariat de Ouagadougou en Février 2011, du Sommet de Londres en 2017 et de la Conférence de Nairobi le 14 Novembre 2019.

Or, ces engagements ont été partiellement atteints, comme nous avons pu le documenter à travers les témoignages des jeunes collectés par le projet Ma Réalité.

Les jeunes étant l’avenir de notre pays, leur bien-être social et leur épanouissement total dans le domaine de la santé sont essentiels pour le développement du pays.

Fait à Abidjan, le 17 Novembre 2020

Signez via ce lien change.org

Comments

comments

What Next?

Recent Articles