01282022Headline:

Les grands absents de la CAN 2022 au Cameroun

Alors que la compétition va commencer dimanche 9 janvier et que les 24 équipes de cette CAN 2022 s’apprêtent à entrer en lice, plusieurs joueurs emblématiques du continent vont pourtant rester à la maison. Covid-19, blessure, mésentente avec le sélectionneur ou équipe non qualifiée : RFI fait le tour d’horizon des grands absents de cette Coupe d’Afrique des nations.

Victor Osimhen (23 ans, Nigeria)
Le buteur de Naples aurait dû être le fer de lance de l’attaque du Nigeria mais une contamination au Covid-19 en a finalement décidé autrement. Alors qu’il avait réussi son pari d’être rétabli juste à temps pour la compétition après de multiples fractures au visage suite un choc lors d’un match face à l’Inter Milan fin novembre, l’attaquant napolitain a été testé positif au Covid-19 jeudi 30 décembre. Le staff nigérian, qui avait initialement convoqué Osimhen, a donc décidé de ne prendre aucun risque et de le remplacer par le joueur de l’Olympiakos Henry Onyekuru. Augustine Eguavoen, le sélectionneur intérimaire du Nigeria, doit également se passer de Leon Balogun (Glasgow Rangers) et l’expérimenté latéral droit Abdullahi Shehu (Omonia Nicosie), qui ont déclaré forfait sur blessure

Hakim Ziyech (28 ans, Maroc)
Considéré jusqu’à il y a peu comme l’un des joueurs les plus importants de la sélection marocaine, Hakim Ziyech ne sera pourtant pas du voyage au Cameroun. L’ancien joueur de l’Ajax d’Amsterdam n’a plus joué avec les Lions de l’Atlas depuis un match amical contre le Burkina Faso en juillet et sa mise à l’écart de l’équipe par le sélectionneur Vahid Halilodzic pour mauvais comportement. « La notion du groupe, c’est quelque chose de très fragile », s’est justifié le coach en conférence de presse juste après avoir sorti sa liste. « On a bien travaillé avec ce groupe pendant deux ans, et je ne permettrai à personne de venir gâcher tout ça. L’équipe nationale, c’est sacré. » Une décision qui ne semble pas avoir beaucoup affecté le milieu de terrain de Chelsea. « Je fais mon travail (avec Chelsea) et j’essaye d’être aussi performant que possible. Tout ce qui se passe hors du football, ce n’est pas important pour le moment. À ce stade, je ne m’en soucie pas vraiment, pour être honnête », a-t-il affirmé.

Séko Fofana (26 ans, Côte d’Ivoire)
Le milieu de terrain ivoirien est la révélation de cette saison de Ligue 1 avec le Racing Club de Lens. Sélectionné pour la première fois en 2017 alors qu’il jouait à l’Udinese en Italie, le joueur de 26 ans n’a été appelé en sélection qu’à six reprises mais ses performances actuelles avec son club faisaient de lui un prétendant naturel à une place dans l’entrejeu des Éléphants. Milieu de terrain polyvalent, infatigable ratisseur de ballons, Séko Fofana est aussi capable de marquer des buts décisifs et il aurait certainement été d’une grande aide à la sélection ivoirienne. Il a préféré faire l’impasse sur la CAN 2022 pour privilégier la suite de la saison avec son club. De nombreux observateurs le voient d’ores et déjà signer dans un grand club européen l’année prochaine.

Andy Delort (30 ans, Algérie)
L’attaquant algérien, sélectionné pour la première fois avec les Fennecs lors de la CAN 2019 qu’il avait finalement remportée, a lui aussi fait le choix de se focaliser sur son club. Le joueur transféré à l’OGC Nice cet été a décidé de faire « une pause » d’un an avec la sélection pour gagner sa place de titulaire avec sa nouvelle équipe. Un choix qui fait grincer des dents en Algérie, tout particulièrement celles du sélectionneur. « Nous, on va jouer sous 40° au Niger, dans des conditions exécrables, on va se taper dans toute l’Afrique une campagne de qualifications qui est un peu un enfer. Et, quand tout est fait, quand tout est réglé, le monsieur revient comme une petite mariée : “C’est bon je suis dispo maintenant ?” C’est doublement nous manquer de respect. », avait lancé Djamel Belmadi lors d’une interview sur la radio RMC. Il y a donc peu de chances de revoir Andy Delort avec les Fennecs tant que le sélectionneur algérien restera en poste.

Amine Harit (24 ans, Maroc)
Le milieu de terrain marseillais fait lui aussi les frais des choix du sélectionneur du Maroc. Le joueur arrivé en prêt à l’OM cet été en provenance de Schalke 04 a fait son trou dans l’effectif phocéen mais il peine toujours à convaincre Vahid Halilodzic. « Il n’a joué que quelques matchs après un an sans jouer. En plus, il a fait quatre ans en sélection, vous l’avez déjà vu avec des statistiques d’attaquant ? », s’est-il justifé. De son côté, Amine Harit a préféré se montrer mesuré. « Je n’ai pas grand-chose à dire concernant la sélection. Ce sont les choix du coach, je les respecte. Ça fait quelque temps qu’il ne m’a plus sélectionné, voilà, il fait ses choix ».

Cédric Bakambu (30 ans, RD Congo)
Après l’élimination de la RD Congo en huitièmes de finale face à Madagascar à la CAN 2019, la star de l’attaque des Léopards avait certainement à cœur de se rattraper lors cette édition. Malheureusement, les Congolais n’ont pas réussi à se qualifier pour la compétition en arrivant troisième du groupe D des éliminatoires derrière le Gabon et la Gambie. Libre de tout contrat depuis le 1er janvier, il peut en tout cas désormais s’engager où bon lui semble. L’ancien joueur du Beijing Guoan intéresserait d’ailleurs plusieurs clubs de Ligue 1.

Melv

Comments

comments

What Next?

Recent Articles