10272020Headline:

Les questions à ne plus jamais poser au personnel d’un avion commercial. Attachez vos ceintures !

Hotesses de l'air

Prendre l’avion peut être un cauchemar, entre bébés hurlants, retards perpétuels, rixes entre passagers à cause de l’inclinaison trop prononcée d’un siège… Mais quand vous travaillez dans un avion au quotidien, les sources d’énervement sont bien plus nombreuses. Parmi elles, les questions idiotes des passagers. Florilège.

« Vais-je pouvoir avoir ma correspondance ? »

Hum… Il est 13h15, nous sommes à peine en phase d’approche, et votre avion suivant part à 13h20. A priori, la réponse est « non ».

« Pourquoi ne puis-je pas utiliser les toilettes de la classe affaires ? »

C’est une bête question de classe, justement.

« Pourquoi dois-je enregistrer mon sac ? »

C’est très simple. L’avion est plein de passagers inconscients qui ont rempli leurs compartiments en cabine avec leurs gros manteaux d’hiver et les cartons de bouteilles et de cigarettes qu’ils ont achetés dans la zone duty-free. Il n’y a tout simplement plus de place pour les sacs en cabine, c’est tout.

« Pourquoi avons-nous du retard ? »

Regardez par le hublot. Vous voyez cette épaisse couche blanche sur le tarmac, et ces gros morceaux de coton qui tombent du ciel depuis une heure ? Peut-être que c’est la raison de notre retard. Peut-être…

« Avez-vous quelque chose à manger pour mon enfant ? »

Quand vous avez acheté votre billet d’avion, vous n’avez pas pensé qu’à cette heure-ci votre enfant devait dîner ? Vous n’avez rien prévu ? Quel parent êtes-vous ?

« Où est mon siège ? »

Il est marqué « 21A » sur votre billet, donc peut-être que votre siège est dans la rangée 14, du côté « DEF ». Ou peut-être pas.

« Vont-ils retenir l’avion le temps que j’arrive ? »

Le personnel de bord aime répondre « oui » à cette question pour avoir la paix, mais la vérité est ailleurs : à moins qu’un grand nombre de personnes prenne la même correspondance que vous dans cet avion-ci, le deuxième ne vous attendra pas. C’est la dure loi de la correspondance.

« Mon bagage va-t-il arriver ? »

Cette question n’est pas idiote : on voit souvent des bagages rater leur correspondance. Mais, plutôt qu’au personnel de bord, qui n’en sait absolument rien, il vaudrait bien mieux la poser aux employés en veste fluorescente qui travaillent sur la piste, par exemple à ceux qui sont chargés de remplir l’avion de… vos bagages.

« Mon enfant ne pourrait-il pas voir quelque chose de plus adapté ? »

Si, tout à fait : l’intérieur de ses paupières.

« Avez-vous une couverture ? »

Oui, bien sûr, si vous n’avez pas peur des bactéries.

« Les pilotes savent-ils ce qu’ils font ? »

Non, absolument pas. En fait, nous venons d’embaucher les barmans du pub de l’aérogare 2F, car l’uniforme leur allait très bien. Prions pour que nous atterrissions sans encombre… Mais ça devrait aller.

« Est-ce qu’il n’est pas dangereux de survoler la Syrie ? »

Pas plus que ça, non. On n’a jamais vu un tir de roquette abattre un avion de ligne par erreur pendant une guerre civile, si ? Bon, alors détendez-vous. Il n’y a aucune raison d’avoir peur.

Vous avez aimé cet article ? Découvrez cette vidéo :

 

Comments

comments

What Next?

Recent Articles