07252021Headline:

Côte d’Ivoire: déclaration du gouvernement contre le travail des enfants

Journée mondiale contre le travail des enfants 2021 : La déclaration du gouvernement ivoirien
Mes Chers compatriotes,
Mesdames et Messieurs,
Notre pays, la Côte d’Ivoire, célèbre ce jour, 12 juin 2021, à l’instar de tous les pays du monde, la Journée Mondiale contre le Travail des Enfants.
Le thème de cette 20ème édition est « Agissons maintenant pour mettre fin au travail des enfants ! ». Il nous appelle à tout mettre en œuvre pour l’éradication du phénomène du travail des enfants. Cet appel à l’action est encouragé par l’ONU qui, à travers la résolution 72/327 adoptée en juillet 2019, a consacré l’année 2021 « année internationale pour l’élimination du travail des enfants ».
Face au phénomène du travail des enfants auquel malheureusement notre pays n’échappe pas, le Président de la République, Son Excellence Monsieur Alassane OUATTARA, dès son accession au pouvoir d’Etat en 2011, a pris des mesures visant l’éradication dudit phénomène.
Ces mesures ont permis la mise en place d’un cadre de coordination à travers la création du Comité National de Surveillance des actions de lutte contre la traite, l’exploitation et le travail des enfants (CNS), présidé par Madame Dominique OUATTARA, Première Dame de Côte d’Ivoire et du Comité Interministériel de lutte contre la traite, l’exploitation et le travail des enfants (CIM) que j’ai l’honneur de présider.
Lesdites mesures ont également contribué à renforcer le Partenariat Public-Privé et le cadre juridique à travers la prise de deux arrêtés :

  • l’arrêté n°2017-016 MESP/CAB du 02 juin 2017 qui détermine également la liste des travaux légers autorisés aux enfants dont l’âge est compris entre 13 et 16 ans.
  • l’arrêté n°2017-017 MESP/CAB du 02 juin 2017 qui détermine la liste des travaux dangereux interdits aux enfants ;
    Par ailleurs, les deux comités, en collaboration avec l’ensemble des partenaires dans ce domaine, ont élaboré et mis en œuvre sous le leadership éclairé de Madame la Première Dame, des Plans d’Action Nationaux de lutte contre le travail des enfants dont la stratégie s’articule autour de 4 principaux piliers.
    Il s’agit de :
  1. la prévention à travers des campagnes de sensibilisation et le renforcement des capacités des acteurs de la lutte contre le travail des enfants ;
  2. la protection par la construction de trois centres d’accueil à Soubré, Bouaké et Ferkessédougou pour assurer la prise en charge institutionnelle des enfants en situation de détresse ;
  3. la poursuite et répression avec la création de six unités de police chargées de la lutte contre la traite et le travail des enfants dans les villes de Man, San-Pedro, Soubré, Bouaké, Korhogo et Bondoukou qui constituent les portes d’entrée et les zones de transit de la traite des enfants ;
  4. le suivi-évaluation à travers le Système d’Observation et de Suivi du Travail des Enfants en Côte d’Ivoire (SOSTECI), qui est un puissant mécanisme de veille, d’alerte précoce et d’intervention en matière de lutte contre le travail des enfants. Ce mécanisme permet de développer des stratégies de prévention et de protection durable des enfants en situation de travail, ou à risque et d’assurer une bonne coordination des actions initiées en la matière.
    De l’année 2012 à maintenant, ces actions ont permis de réaliser de bons résultats. Il s’agit entre autres :
  • du retrait et de l’assistance à plus de 10 000 enfants ;
  • de la poursuite et de la condamnation à des peines d’emprisonnement ferme plus de 600 trafiquants d’enfants ;
  • de la construction et de l’équipement plus de 40 000 salles de classe du primaire et préscolaire dans les zones à forte prévalence du travail des enfants. Cela a permis de faire passer le taux de scolarisation dans ces localités de 58% en 2009 à 80% en 2019.
  • De l’appui financier à plus de 250 000 femmes pour la création d’Activités Génératrices de Revenus.
    En dépit de ces résultats, le phénomène persiste dans notre pays. C’est pourquoi, j’en appelle au sens élevé de la responsabilité de tous vis-à-vis du respect des droits et de la protection des enfants.
    Je saisis l’occasion pour remercier et féliciter l’ensemble des acteurs ainsi que les partenaires techniques et financiers qui sont engagés aux côtés du Gouvernement dans ce noble combat.
    En outre, à la faveur de la célébration de la Journée Mondiale contre le Travail des Enfants de cette année, il sera organisé, sous le Haut Patronage de Madame Dominique OUATTARA, Première Dame de Côte d’Ivoire, les activités dont la finalité est l’élimination du travail des enfants, toutes choses qui lui tiennent particulièrement à cœur et pour lesquelles, elle ne ménage aucun effort pour l’atteinte de l’objectif de l’élimination du travail des enfants.
    J’exhorte donc l’ensemble des populations vivant en Côte d’Ivoire à être attentif aux activités de communication et de sensibilisation qui seront menées à travers tous les médias y compris les radios de proximité. Je vous invite à vous approprier le contenu des messages et à les mettre en application pour le bonheur de nos enfants.
    En cette période exceptionnelle marquée par la COVID-19, maintenant plus que jamais, et ce, en dépit des circonstances imposées par cette pandémie, nous devons redoubler de vigilance pour garantir les droits fondamentaux de nos chers enfants et leur assurer un avenir radieux. « Ensemble, agissons maintenant pour mettre fin au travail des enfants en Côte d’Ivoire ! »
    Je vous remercie.
    Me Adama KAMARA,
    Ministre de l’Emploi et de la Protection Sociale

Comments

comments

What Next?

Recent Articles