01242022Headline:

Côte d’Ivoire/ les faits marquants de l’année 2021: course poursuite des opposants suite et fin , grêve des docteurs sans emplois

Nombreuses violations des droits de l’homme dont est coutumier le pouvoir d’Abidjan ; à commencer par les libertés publiques comme les marches pacifiques, brutalement dispersées par les Forces de l’ordre, comme celle des Docteurs non recrutés. Nous relevons également les attaques terroristes aux frontières Nord du pays qui méritent qu’on s’y penche réellement pour la quiétude des populations de ces Régions. Le confrère Sylvain Namoya a fait une sélection des faits qui ont marqués l’année.

27 décembre

Bilan des violences électorales liées à la présidentielle de 2020, selon Adou Richard, Procureur de la République près le Tribunal de Première instance d’Abidjan-Plateau : 85 morts et plus de 500 blessés. Plus de 270 personnes sont impliquées à des degrés divers. Il revient aux juges d’instruction d’engager des poursuites, à en croire Adou Richard. Qui entend poursuivre Henri Konan Bédié, ancien Président de la République ; celui-là même qui a lancé le mot d’ordre de désobéissance civile et de boycott actif de cette élection et mis en place, le Comité national de la Transition (Cnt).

22 décembre

Les 3 000 Docteurs au chômage en Côte d’Ivoire, toutes filières confondues, issus des Universités et Grandes écoles, qui s’étaient donnés rendez-vous à la cathédrale St Paul d’Abidjan-Plateau pour une marche pacifique en vue de remettre leurs doléances au Président ivoirien Alassane Ouattara, ont été dispersés sans ménagement. Certains ont été embarqués dans des cargos de la police pour une destination inconnue.

03 novembre

Une soixantaine de Docteurs sur les 3 000 au chômage en Côte d’Ivoire, toutes filières confondues, issus des Universités et Grandes écoles, ont été interpellés par la police ivoirienne avant d’être relâchés dans la nuit alors qu’ils tentaient de se rassembler au Plateau (commune abidjanaise), pour une marche pacifique sur la Présidence de la République. Ils ne demandent qu’à être embauchés dans les Universités publiques.

17 août

Moïse Lida Kouassi, ancien ministre de la Défense sous Laurent Gbagbo, convoqué à la Brigade de recherche de la gendarmerie nationale à Abidjan-plateau. Motif : ‘’enquête judiciaire’’. Après des heures d’audition, il a été libéré le même jour.

06 Août

Anges Félix N’dapri, président des Éditeurs de Côte d’Ivoire et Commissaire général du Sila (Salon international du Livre d’Abidjan) hume à nouveau l’air frais de la liberté, après 10 mois d’incarcération. Il avait été accusé, alors qu’il se trouvait à Abidjan, de vouloir faire incendier le domicile d’Amédé Kouakou, ministre de l’Equipement et de l’Entretien routier, suite à une altercation entre jeunes du Pdci-Rda et ceux du Rhdp, consécutivement au 3è mandat controversé du Président ivoirien, le 21 octobre 2020, à Abli-Bonikro, son village natal. Anges Félix N’dapri a été enlevé à son domicile d’Abidjan par des inconnus, dans la soirée du 25 novembre 2020.

19 mai 2021

Ouverture du procès contre le Premier ministre et ancien Président de l’Assemblée nationale, Guillaume Soro et une vingtaine de ses partisans dont Alain Lobognon, Affousiata Bamba-Lamine, Soul to Soul… devant le tribunal correctionnel d’Abidjan, pour atteinte à l’autorité de l’Etat. Selon l’accusation, Guillaume Soro, qui vit en exil depuis deux ans, aurait fomenté avec ses partisans une ‘’insurrection civile et militaire’’ visant à renverser le pouvoir d’Alassane Ouattara en décembre 2019, dix mois avant la présidentielle de 2020 qui a vu le Président sortant rempiler pour un 3è mandat inconstitutionnel.

6 mai 2021

Maurice Kakou Guikahué, Secrétaire exécutif du Pdci-Rda, convoqué à la justice pour être entendu sur la question de la désobéissance civile et du Conseil national de la Transition (Cnt). Il y est allé avec ses avocats. Le collaborateur d’Henri Konan Bédié avait été placé sous mandat de dépôt et écroué à la Maison d’arrêt et de correction d’Abidjan (Maca), le 06 novembre 2020. Même libérés, l’ancien ministre de la Santé publique et de la Population et Pascal Affi N’guessan, président du Front populaire ivoirien (Fpi), arrêté le 06 novembre et libéré (en liberté provisoire) en décembre 2020, demeurent poursuivis pour ‘’atteinte à l’autorité de l’Etat’’.

Vendredi 30 avril

Suite à l’attaque de N’dotré (sous-quartier de la commune abidjanaise d’Abobo), du 20 au 21 avril 2021, vingt et six (26) personnes dont 15 de nationalité ivoirienne, 08 camerounais et 03 libériens, ont été interpellées selon Adou Richard, Procureur de la République, lors d’une conférence de presse qu’il a animée.

Nuit du mercredi 28 avril

Après huit mois de détention (elle a été arrêtée dans la nuit du 15 au 16 août 2020, placée sous mandat de dépôt et incarcérée à la Maison d’arrêt et de correction d’Abidjan (Maca), le 19 août), Pulchérie Gbalet, présidente d’Action Citoyenne Ivoirienne (société civile), est libérée. Il lui est interdit de sortir du territoire national, sauf autorisation du juge et doit se présenter au Greffe tous les mois, à compter du 03 mai 2021. Elle avait appelé à manifester contre le 3è mandat du président sortant, Alassane Ouattara, alors que la Constitution du pays n’autorise que deux mandats.

27 janvier

Anne-Marie Bonifon, Coordonnatrice nationale de Groupe et actions solidaires (Gps), parti de Guillaume Soro, Henriette Sonnebo Guei, Naminata Koné…, sont libérées. Elles avaient été incarcérées le 13 août 2020, à Cocody (commune abidjanaise), lors d’une marche de l’opposition contre la candidature d’Alassane Ouattara à un 3è mandat à la présidentielle du 31 octobre 2020.

Des attaques terroristes

21 et 22 octobre 2021

Attaque de deux détachements de gendarmes dans la localité de Bouna ;

13 octobre 2021

Attaque d’un poste mixte à Tiémesson, dans la localité de Duékoué

12 septembre 2021

Le poste d’observation à Afféry, sur l’ancienne route d’Adzopé, a été attaqué ;

12 juin

Une embuscade avec usage d’engin explosif improvisé au contact duquel un des véhicules a sauté, tendue aux Forces armées ivoiriennes, a entraîné la mort de deux soldats et un gendarme sur l’axe Téhini-Togolokaye (nord-est de la Côte d’Ivoire), à la frontière avec le Burkina Faso.

07 juin

La localité de Tougbo située dans le département de Bouna, à la frontière avec le Burkina Faso, a été attaquée par des djihadistes présumés. Un soldat ivoirien mort ‘’des suites de ses blessures’’.

28 au 29 mars

Deux positions des Forces armées de Côte d’Ivoire ont subi des attaques armées. La 1ère est survenue à Kafolo et est le fait d’une soixantaine de terroristes lourdement armés venant du Burkina Faso, à en croire le Chef d’Etat-major des Armées ivoiriennes. Bilan : deux soldats ivoiriens tués et quatre autres blessés, trois terroristes tués et quatre interpellés et du matériel saisi (radio, armements, munitions, motos).

La 2è attaque a eu lieu à Kolobougou dans le département de Téhini (frontière avec le Burkina Faso). Un gendarme ivoirien a été tué et un autre blessé.

Une sélection de Sylvain Namoya

Comments

comments

What Next?

Recent Articles