01162022Headline:

Côte d’Ivoire/ sanction de la CEDEAO contre la junte au Mali : la première intervention du PPA-CI dans un conflit dans la région Ouest-Africaine

Le PPA-CI de l’ex président ivoirien, Laurent Gbagbo na pas pu résister face aux sanctions de la CEDEAO infligées à la junte militaire au Mali.

Au terme du double sommet tenu à Accra le 9 janvier 2022 sur la situation au Mali, des sanctions ont été prises contre les autorités de la transition dans ce pays. Il s’agit notamment de la fermeture des frontières terrestres et aériennes de la CEDEAO avec le Mali, la suspension des transactions commerciales des pays de l’espace CEDEAO avec ce pays tout comme le gel de ses avoirs dans les Banques centrales de la CEDEAO. Le Mali est aussi suspendu de toutes les institutions financières de la CEDEAO. Par ailleurs, les Chefs d’Etats de la CEDEAO n’écartent pas l’option de réactiver la force en attente de la CEDEAO.

Alors que les réactions se multiplient après la prise de ces sanctions, le parti panafricaniste PPA-CI de Laurent Gbagbo dans un communiqué signé par son porte-parole et deuxième vice-président du comité stratégique et politique, Justin Koné Katinan, s’est interrogé sur « la pertinence des lourdes mesures coercitives prises à l’encontre de la République du Mali ». Le PPA-CI se dit inquiet « de la tendance de plus en plus affirmée d’instrumentaliser les banques centrales notamment la BECEAO dont est membre le Mali à des fins des règlements de crises politique internes aux Etats ». Il est bon de rappeler qu’au plus fort de la crise politique postélectorale de 2010 le régime du Président Laurent Gbagbo avait subi des sanctions financières similaires.

Le PPA-CI considère qu’en imposant de telles sanctions à un Etat déjà en guerre contre les djihadistes, c’est insidieusement « apporter une forme d’aide directe aux vrais ennemis de ce pays et de la sous-région que sont les djihadistes » surtout que les instances régionales depuis plus d’une décennie tout comme les différents gouvernements au pouvoir au Mali peinent à trouver une solution définitive à cette crise.

C’est pourquoi, le parti panafricaniste dit se tenir « aux côtés du peuple frère du Mali et lui apporte toute sa solidarité ». De plus, le PPA-CI trouve « excessives et impertinentes les mesures de rétorsion prises par la CEDEAO contre le peuple malien». C’est pourquoi, le parti de Laurent Gbagbo encourage plutôt les instances régionales à « privilégier la voie du dialogue avec les autorités du Mali » afin de trouver une solution définitive à cette crise.

Sapel MONE

Comments

comments

What Next?

Recent Articles