06252022Headline:

Guinée: farine plus chère, baguette rétrécie, la guerre en Ukraine et ses conséquences [1/2]

Durant la dernière décennie, le pain a fini de s’imposer dans l’alimentation des Guinéens. La baguette est aujourd’hui un produit sensible, très politique. Une augmentation même minime de son prix peut mettre en péril la paix sociale. Boulangers, détaillants ou simples clients, tous craignent les conséquences de la guerre en Ukraine.

« C’est le meilleur pain de Guinée ! » Et il est préparé par Mamadou Djouma Diallo depuis 22 ans dans son four traditionnel. Un parfum de feu de bois, des murs noircis par la suie et une ampoule fatiguée. Ici, Les baguettes sont cuites sur des morceaux de tôle. Il y a plusieurs gabarits.

« Ça, c’est pour les gros pains, qui coûtent 5 000… » Cinq mille francs guinéens, soit un peu plus de 50 centimes d’euros. « Ça, ça coûte 2 500 francs ». Pour une petite baguette. Rachitique. Mamadou Djouma Diallo est bien conscient de la menace que la guerre en Ukraine fait peser sur son business. « Tout le monde sait que cela joue (sur les prix NDLR). On demande à Dieu de nous aider pour que le calme revienne là-bas et que l’on travaille comme avant. »

Il fonctionne désormais à flux tendu et vend sur commande le plus souvent. Alors quand un client imprévu passe une tête dans sa boulangerie, ce dernier doit déployer des trésors d’ingéniosité pour convaincre et persuader l’artisan de le laisser repartir avec une baguette.

La dernière hausse des tarifs du pain date du mois de décembre : 500 francs supplémentaires. Elle avait provoqué la colère des Guinéens. Un peu plus loin dans la rue, l’épicerie de poche de Samba Diallo, la baguette a fini par devenir comme ce magasin : minuscule.

« Depuis le mois du ramadan, ils ont diminué le poids… de beaucoup.

  • Et comment les fournisseurs expliquent-ils cela ?
  • Ils disent que le prix de la farine a augmenté, qu’ils ne peuvent pas augmenter le prix et qu’ils préfèrent diminuer la quantité. »

Les consommateurs ont bien senti la différence. « Là, on mange, mais, il m’en faudrait deux pour moi au moins. Il y a trop de consommateurs de pain, se désole l’un d’eux. J’ai trop pitié, parce qu’après la prière de 20h, beaucoup de gens viennent ici. » Et il faut faire la queue sans avoir l’assurance d’être servi à la fin. « Il y a moins de farine. »

En pleine période de ramadan, le principal fabricant de farine du pays a décidé de ne pas augmenter ses prix. Du répit pour les Guinéens qui risquent de payer bientôt leur pain plus cher.

Comments

comments

What Next?

Recent Articles