09262021Headline:

Bouaké: N’gattakro, le camp de la police criminelle attaqué

Bouaké est devenue la cible des individus armés qui créent l’émoi au sein de la population. Après le cambriolage du palais de la justice de Bouaké, c’est au tour du camp de la police criminelle au quartier N’gattakro d’être attaqué.

Dans la nuit du mercredi 14 au jeudi 15 juillet 2021, des individus non identifiés, à bord d’un véhicule de type Kia sportage noir (voir photo), ont fait irruption dans les locaux de la police criminelle de Bouaké et ont ouvert le feu sur les éléments en place.

Selon notre informateur, « au cours de cette patrouille aux environs de 21 heures, les éléments de la police criminelle interceptent un véhicule sans les papiers afférents ni plaque d’immatriculation. C’est ainsi qu’ils ont décidé d’amener le véhicule à leur base.

Quelque temps après, ces individus les ont rejoints dans leurs locaux, se présentant comme des éléments de la gendarmerie nationale. Ils ont fait savoir aux agents de la police que le véhicule appartenait à un de leurs collègues. Parmi ces trois individus, deux étaient habillés en tenue civile et le troisième en tenue de sport de la gendarmerie nationale. Ils ont demandé qu’on leur remettre le véhicule et les policiers ont fait opposition. Alors, ils ont demandé aux éléments de la police criminelle de leur remettre les contacts d’un des officiers et les éléments de la police leur ont fait savoir que l’officier en question était en route pour le bureau. Les malfrats ne voulaient pas entendre raison. C’est ce refus de donner le numéro de l’officier qui va faire déborder leur colère. Et ces derniers se sont mis à tirer à balles réelles. Pris de peur, les éléments de la police criminelle ont coupé toute la lumière du camp pour être invisibles à l’ennemi.

Le paradoxe est que pendant ce temps d’échange de tirs, il y a avait deux officiers de la gendarmerie dans le bureau d’un officier qui n’ont pas réagi face à cette attaque.

Oscar Kouassi

Comments

comments

What Next?

Related Articles