01252022Headline:

« La France soutient les sanctions de la Cédéao contre la junte au Mali », Emmanuel Macron

La France soutient les « mesures extrêmes » prises par la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cédéao) contre la junte militaire malienne, au pouvoir depuis août 2020.

Le Mali est depuis dimanche la cible d’un blocus régional de la part de plusieurs pays d’Afrique de l’Ouest qui reprochent à la junte militaire au pouvoir de freiner la transition démocratique. Un blocus auquel Emmanuel Macron apporte totalement son soutien.

«Nous soutenons» les mesures diplomatiques et économiques prises par la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (Cédéao) et l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) à l’encontre du Mali, a déclaré Emmanuel Macron, le chef de l’État français au cours d’une conférence de presse à l’Élysée avec le président du Conseil européen, Charles Michel.

Des sanctions drastiques
La Cédéao a infligé dimanche une batterie de mesures de rétorsion qui ouvrent pour le pays, en proie à une grave crise sécuritaire et politique depuis neuf ans, une nouvelle période de grande incertitude. La Cédéao a durement sanctionné le projet de la junte de continuer à diriger le pays pendant plusieurs années et le manquement à sa promesse de tenir le 27 février des élections ramenant les civils au pouvoir. Le Mali a été le théâtre de deux coups d’Etat militaires en août 2020 et mai 2021.

L’embargo imposé par la Cédéao sur les échanges commerciaux et les transactions financières, hors produits de première nécessité, suscite des inquiétudes quant à son impact sur un pays pauvre et enclavé, éprouvé par les violences de toutes sortes et la pandémie de Covid-19. Le gouvernement malien « appelle la population à rester sereine et rassure que toutes les dispositions seront prises pour faire face aux effets des mesures édictées » par la Cédéao.

Melv

Comments

comments

What Next?

Recent Articles