01282022Headline:

Estonie: la présidente Kersti Kaljulaid s’en va bientôt, un candidat pour la succéder

L’Estonie se retrouve dans une situation inédite dans le cadre de l’élection présidentielle dans le pays. Jusqu’à présent, il n’y a qu’un seul candidat alors que le vote doit se dérouler, une situation sans précédent depuis que la nation balte a recouvré son indépendance il y a 30 ans.

Le mandat de cinq ans de la présidente Kersti Kaljulaid expire le 10 octobre et les législateurs du Riigikogu, qui compte 101 sièges, doivent élire un nouveau chef d’État pour la remplacer à ce poste largement honorifique. Mais à moins que de nouveaux candidats ne s’inscrivent avant samedi soir, le directeur du Musée national estonien sera le seul candidat : ​​Alar Karis, un ancien auditeur d’État, est le seul à avoir réussi à obtenir le soutien du minimum requis de 21 législateurs.

Jaak Joeruut, un écrivain bien connu, ancien ministre de la Défense et diplomate, a déclaré dans un récent article d’opinion que « les élections avec un seul candidat appartiennent à l’ère soviétique. C’est contraire à l’éthique, mais, curieusement, légal ». Autrefois république soviétique, l’Estonie, une nation de 1,3 million d’habitants, a retrouvé son indépendance en 1991 et est membre de l’Union européenne et de l’OTAN.

Si le président avait été élu directement par le peuple, Kaljulaid briguerait un second mandat. La première femme présidente d’Estonie est assez populaire parmi le public. Mais elle bénéficie de peu de soutien de la part des législateurs, apparemment en raison de son franc-parler et de ses remarques cinglantes à l’égard de ses collègues politiciens.

Si les législateurs rejettent Karis lundi, deux autres tours de scrutin sont prévus mardi. Si cela échoue, le processus électoral sera transféré à un collège électoral spécial de 208 membres qui votera sur un nouveau chef d’État en septembre.

En vertu de la constitution estonienne, le rôle du président consiste principalement à représenter la nation à l’étranger et à agir en tant que leader d’opinion national. Cependant, le président est le commandant suprême des forces armées estoniennes, nomme officiellement les membres du gouvernement, signe les lois pour les rendre valides et a le pouvoir d’opposer son veto aux propositions de loi.

ivoirwebtv

Comments

comments

What Next?

Related Articles