01262022Headline:

Monde : Salvador premier pays à officialiser le Bitcoin (BTC) comme monnaie légale connait une transition difficile

En juin dernier, le Salvador a montré la voie en adoptant le Bitcoin comme une monnaie officielle. Quelques mois plus tard, sa mise en place pose problème, et la population semble ne pas vouloir de ce bond dans le futur prôné par les autorités du pays.

Le Salvador, premier pays à officialiser le Bitcoin (BTC) comme monnaie légale, connait une transition difficile. Le mardi 7 septembre, Chivo, le portefeuille numérique pour faciliter les transactions, a temporairement été mis hors ligne.

Des manifestants ont saisi l’occasion pour descendre dans les rues de la capitale, afin de dénoncer la démarche des autorités et protester contre le nouveau statut du BTC dans le pays. Avec toutes ces tensions, la reine des cryptomonnaies a chuté.

C’est via twitter que le chef de l’Etat, Nayib Bukele, a tenu à expliquer la situation qui prévalait, annonçant que Chivo serait disponible pour les Salvadoriens aux Etats-Unis et presque partout dans le monde. « Chivo a été mis hors ligne pour augmenter la capacité des serveurs. C’est un problème relativement simple, mais il ne peut pas être résolu avec le système connecté », a-t-il tweeté.

De nombreux experts avaient prédit une certaine instabilité et des risques inutiles pour l’économie du pays, déjà en délicatesse. Outre les risques liés à la volatilité du BTC, la Banque mondiale et le Fonds monétaire international (FMI), qui envisagent un accord de financement avec le Salvador, ont déclaré que faire du Bitcoin une monnaie officielle pourrait entraîner des risques de blanchiment d’argent et d’autres activités financières illicites.

Rappelons que le BTC a été initialement conçu pour contrecarrer le contrôle gouvernemental total sur l’argent. Malgré ces situations, le président Bukele est confiant, même si sur son compte twitter, il a encore annoncé dans la matinée du 9 septembre, l’indisponibilité du portefeuille entre 1h et 6h, afin de corriger les détails restants.

agenceecofin

Comments

comments

What Next?

Related Articles