01182022Headline:

Sortie musclée de Koné Katinan : “la liberté de briser Laurent Gbagbo est une volonté de tuer notre espérance”

Invité à la dernière Assemblée générale des femmes “Gbagbo ou rien” à Port-Bouët le samedi 2 octobre 2021, Justin Koné Katinan, le principal orateur de cette rencontre a fait une sortie qui suscite des polémiques entre partisans de l’ancienne première dame Simone Gbagbo et les “Gbagbo ou rien -GOR”.

En effet, lors du lancement du Mouvement des Générations Capables (MGC) le 25 septembre 2021 à Treichville, Simone Gbagbo avait martelé que la vision qu’elle défendait était celle d’une Côte d’Ivoire souveraine, prospère, moderne et ouverte au monde. Elle a ajouté que cette vision ne saurait pas être un individu encore moins un homme.

Une semaine après cette sortie de l’ancienne première dame, même si la polémique se faisait persistante sur Internet entre partisans de Simone Gbagbo et “Gbagbo ou rien”, une fois officielle proche de l’ancien président ivoirien vient de lever le voile sur la question de la “vision” entre ces partisans de la gauche ivoirienne.

Justin Koné Katinan, porte-parole de Laurent Gbagbo, n’est pas allé du dos de la cuillère pour prendre le contre-pied des dires de Simone Gbagbo.

Une sortie de l’ancien ministre du budget de Laurent Gbagbo pour répondre à Simone Ehivet .

En tout cas selon plusieurs observateurs, le message de Koné Katinan à Port-Bouët avait tous les apparats d’une réponse bien orientée et qu’il visait la sortie de l’ancienne première dame ivoirienne.

Ainsi, Pour Justin Koné Katinan, Laurent Gbagbo incarne la vision et la confiscation des libertés de cette frange de la gauche.

« La liberté confisquée de Laurent Gbagbo est la confiscation de notre liberté. La liberté de briser Laurent Gbagbo est également une volonté de tuer notre espérance. Si nous ne le savons pas, nos adversaires le savent bien et c’est pourquoi ils n’abandonnent pas leur combat contre Laurent Gbagbo. Si donc notre vision est de conquérir nos libertés confisquées, l’affirmation de notre souveraineté, alors il faudra bien admettre, malgré nos ressentiments légitimes ou non, dire qu’aujourd’hui Laurent Gbagbo et notre liberté font un puisqu’il incarne celle-ci. Quand il est en prison, il devient la face visible de nos libertés confisquées et de notre souveraineté emprisonnée. Il incarne alors notre vision de liberté et de souveraineté », a assuré l’ancien ministre du budget.

Une sortie de Koné Katinan qui fait polémique et qui est considérée par certains comme aux antipodes des valeurs de la gauche défendues depuis des lustres par les socialistes.

Jean Chrésus

Comments

comments

What Next?

Related Articles