06272022Headline:

Soudan: pourquoi la junte réhabilite les islamistes

Les mouvement pro-démocratie soudanais s’inquiètent d’un éventuel retour à l’ancien régime de l’époque d’Omar el-Béchir. Ils notent, depuis le coup d’État militaire il y a six mois, un retour des grandes figures du NCP, le parti de l’ancien président. Et mettent en garde contre un nouveau coup porté à la transition démocratique.

Pour l’opposition, il n’y a aucun doute : la junte militaire est en train de réhabiliter les cadres de l’ancien régime. Les opposants critiquent la complaisance de la junte envers l’ex-président. Détenu depuis sa destitution il y a trois ans, Omar el-Béchir, a récemment été transféré dans un hôpital militaire. Et ses avocats plaident pour qu’il soit placé en résidence surveillée.

L’opposition s’alarme également du retour discret de fonctionnaires de l’ancien régime à leur poste, notamment aux ministères de la Santé et de la Justice.

Elle dénonce enfin l’acquittement récent de treize figures du parti d’Omar el-Béchir dont son numéro 1, Ibrahim Gandhour, qui s’est empressé de soutenir le chef de la junte et son coup d’État.

Le général Burhan a besoins des islamistes, soutiens d’Omar el-Béchir, explique une chercheuse. Ils ont l’expérience du pouvoir et à un an des élections, ils contrôlent plusieurs circonscriptions.

Mais surtout, six mois après le coup d’État, le pays n’a toujours pas de gouvernement civil explique un autre chercheur. Et le général Burhan a besoin de ces islamistes pour élargir sa base, former un gouvernement incluant des civils, qui lui permettra de débloquer l’aide internationale et d’aller aux élections.

Comments

comments

What Next?

Recent Articles