01212022Headline:

Bouaké/ Tchèlèkro: un jeune instituteur retrouvé mort dans un champ d’anacardier

Règlement de compte, simple crime crapuleux ou un cambriolage qui aura viré au drame ? Le quartier de Tchèlèkro dans la commune de Bouaké est sous le choc d’un des drames les plus répugnants et des plus révoltants qui ne s’y soit jamais produit. La victime, Kamagaté Youssouf, un instituteur trentenaire qui s’apprêtait à entamer sa 2ème année consécutive de service à l’EPP Yaokoffikro, l’école primaire du quartier a été retrouvé égorgé dans la matinée de Vendredi 27 Août dernier. Selon les 1ere informations, le crime aurait été perpétré au cours de la nuit.

Selon plusieurs sources jointes sur place au téléphone, au nombre desquelles des confrères, Youssouf et son épouse s’étaient rendus quelques jours plus tôt chez les parents de cette dernière, en vue de leur présenter leur dernier bébé qui n’a que 2 semaines. Mais le jeune homme était retourné chez lui, bien avant sans sa conjointe qui elle devait encore profiter de ce congé de maternité en famille.

Mais le Vendredi matin cette dernière appelle son homme pour prendre de ses nouvelles. Fait inhabituel, ce dernier ne répond à aucun de ses nombreux coups de fil. Intriguée et inquiète, elle rentre directement au foyer et là, point de mari. Par contre elle voit des traces de sang à divers endroits à l’entrée de leur demeure. Elle alerte leur bailleur ainsi que les collègues de M. Kamagaté qui à leur tour font appel à la police et au CCDO. Les recherches lancées ne tardent pas à porter leurs fruits. Mais les nouvelles ne sont pas bonnes. L’enseignant est en effet retrouvé mort dans un champ d’anacardier à quelques encablures du studio qu’il partageait avec sa petite famille. Le corps sans vie du maître du Cm1-A a apparemment selon nos sources, été emballé dans son drap complètement maculé de son sang avant d’être trimballé jusqu’à cet endroit. Il porte des traces de coups de poignard qui semblent lui avoir été administrés par ses bourreaux avant que ceux-ci ne l’égorgent. Un rapide point de la situation fait avec son épouse par les forces de sécurité, permettent de savoir que les bandits ont emporté la moto, la carte magnétique, des numéraires et autres biens de valeur appartenant au couple. Une enquête a automatiquement été ouverte. Quant à la veuve, elle est totalement dévastée. Avec son nouveau né sur le bras, elle sera certainement marquée à vie par ce crime qui ne peut avoir été perpétré que par des individus qui n’espèrent plus rien de la vie.

SRANKPA

Comments

comments

What Next?

Recent Articles